POLITIQUE

Djemila Benhabib est confortable avec la position du Parti québécois sur le crucifix à l'Assemblée nationale (ENTREVUE)

14/08/2012 04:17 EDT | Actualisé 14/10/2012 05:12 EDT

Connue pour ses plaidoyers en faveur de la laïcité, Djemila Benhabib, la candidate péquiste dans le comté de Trois-Rivières, s'est dite surprise de la réaction foudroyante à l'égard de ses propos, ce matin, concernant la place du crucifix à l'Assemblée nationale. Elle affirme pourtant qu'elle est en accord avec la position de son parti, et de sa chef, qui veulent conserver ledit objet pour des raisons de patrimoine, a-t-elle confié au Huffington Post Québec.

« Je suis très extrêmement surprise. Ma position est claire et connue depuis très longtemps », a-t-elle lancé d'entrée de jeu.

Ce matin à Trois-Rivières, la candidate a causé tout un émoi en laissant entendre qu'elle serait en faveur du retrait du crucifix de l'Assemblée nationale. Une position qui diverse toutefois de sa chef.

« En tant qu'intellectuelle, je suis soucieuse de la neutralité des institutions de l'État », a expliqué textuellement Mme Benhabib, aux côtés de sa chef lors d'un point de presse.

Des propos qui n'ont rien de nouveau et qui sont connus du Parti québécois, estime pour sa part Mme Benhabib, qui n'y voit rien d'offensant et de scandaleux.

Dans le même sens, comme candidate péquiste, Mme Benhabib dit endosser la position péquiste de considérer le crucifix de l'Assemblée nationale comme un héritage patrimonial. Une distinction qui n'a rien de contradictoire avec l'idée de laïcité de l'État, estime-t-elle.

« Je suis candidate pour un parti qui est le Parti québécois et je me rallie quant à la position de mon parti sur la question », a-t-elle ajouté, visiblement confortable avec l'opinion de sa chef.

Des électeurs à convaincre

Parachutée dans le comté de Trois-Rivières pour représenter le Parti québécois, Mme Benhabib dit appréciée son rôle de candidate. « C'est une très belle expérience et il y a une belle curiosité et les gens me posent beaucoup de questions », dit-elle.

La candidate a également précisé être bien accueilli par les gens de son comté, évacuant du même coup la question de son origine, qui avait crée une petite polémique lors de l'annonce de sa candidature à Trois-Rivières.

En tournée dans la région de la Mauricie, la chef péquiste a présenté sa Charte de la laïcité. Une bonne proposition pense Mme Benhabib, qui n'a pas voulu se prononcer à savoir si elle se voyait être le porte-drapeau de cet engagement à l'Assemblée nationale.

« J'irai là où le parti pense que je vais être utile. Mais il ne manque pas d'expertise dans les candidats... Il y a l'embarras du choix », dit-elle.

Pour la fin de la campagne électorale, la candidate de Trois-Rivières aimerait que l'aspect de « vivre ensemble » prenne plus de place parmi les enjeux.

INOLTRE SU HUFFPOST

Pauline Marois en campagne
Les chefs en campagne