MONTRÉAL - La présence trop rapprochée des Jeux olympiques, les désistements, les abandons et le temps exécrable auront fait mal à la Coupe Rogers de tennis en 2012: pas de record d’assistance ni d’objectif financier atteint. Mais partout ailleurs, un achalandage de 150 000 amateurs et près de 10 millions $ de recettes aux guichets représenteraient des records, estime le directeur du tournoi, Eugène Lapierre.

«On ne brisera pas des records cette année, a déclaré Lapierre, lundi, lors de son point de presse. On est aux alentours de 150 000 personnes pour la semaine. Si tu enlèves Montréal, c’est quand même le record du monde pour un tournoi féminin d’une semaine. On ne devrait pas se sentir trop mal…»

Il faut noter que l’on parle de 150 000 billets vendus, car le nombre de spectateurs présents au stade Uniprix a été bien inférieur à ce chiffre en raison de la pluie incessante.

Le tournoi canadien, dans sa version féminine, a franchi plus d’une fois le plateau des 170 000 amateurs lors de ses présentations à Montréal, établissant un record de 174 406 spectateurs en 2006. En 2011, Montréal a accueilli un record de 213 760 fans lorsque les hommes étaient dans la métropole québécoise.

«On n'a pas eu les assistances qu’on voulait. On peut parler des Olympiques... Les gens ont regardé les Jeux olympiques à la télévision, mais je pense bien plus que c’est le mauvais temps nous a nui, note le directeur. Quiconque regardait la météo le matin ne pensait pas se rendre au parc pour voir du tennis... Ça rentre dans le corps pas mal plus que les JO.»

Curieusement, en dépit de la baisse d’achalandage, le tournoi n’est pas déficitaire en regard des dernières présentations du volet féminin. C’est uniquement l’objectif qui n’est pas atteint.

«Il n’y a pas de manque à gagner, assure Lapierre. On a fait plus d’argent qu’en 2008 et qu’en 2010, parce que le prix des billets est plus élevé. Cet argent est réinvesti dans le développement des athlètes. Nous sommes autour de 10 millions $ de recettes cette année. Notre objectif était de 10,9 millions $. On n’a pas atteint notre objectif, mais on n’est pas si pire.»

Le talent local

Les sœurs Serena et Venus Williams avaient décidé de faire impasse sur le tournoi montréalais en raison des JO. Maria Sharapova a déclaré forfait en raison d’un virus stomacal avant de disputer un premier match et Victoria Azarenka a abandonné en raison d’une blessure au genou après avoir disputé six jeux.

«La maladie de Sharapova et la blessure d’Azarenka, c’est déçevant» , a admis Lapierre.

Si l’on tient compte des autres têtes de série rapidement éliminées, il ne restait que quatre des dix premières têtes de séries en quarts de finale. Sur ce plan, il n’est pas erroné de dire que les Canadiennes Aleksandra Wozniak et Eugenie Bouchard ont représenté une fichue de belle bouée de sauvetage pour le tournoi. Les favorites locales ont joué sur le court central tous les jours, de mardi à samedi, soulevant les spectateurs.

« Elles ont mis un intérêt qu’on attendait peut-être pas, a admis Lapierre. On avait hâte de voir ce que Bouchard pouvait faire après sa victoire à Granby et à Wimbledon (chez les juniors). Elle nous en a mis plein la vue à 18 ans. Elle a le type de jeu pour continuer à progresser et c’est une gagnante. Quant à Aleksandra, quand elle a atteint le 21e rang mondial il y a deux ans, on savait qu’elle pouvait jouer le type de jeu qu’on a vu cette semaine. Elle a une puissance naturelle dans ses coups. Je pense qu’elle peut être un Top 20. Et elle est encore jeune.»

Les JO de 2016

Afin d’éviter les inconvénients liés à la présentation des Jeux olympiques d’été de 2016 (à Rio de Janeiro), les organisateurs de la Coupe Rogers désirent présenter le tournoi avant la quinzaine olympique. Eugène Lapierre a des discussions à ce sujet avec la Fédération internationale de tennis (ITF), l’ATP, la WTA et les organisateurs du tournoi de Cincinnati.

La WTA est favorable à cette idée. Les organisateurs du tournoi de Cincinnati — qui serait présenté dans la deuxième semaine des JO, comme Montréal cette année — sont d’accord également. C’est moins évident pour les joueurs de l’ATP.

«On aimerait amorcer le tournoi le 25 juillet, environ deux semaines avant les JO, dit Lapierre. C’est le plan, mais il n’y a pas de calendrier officiel encore. Si le tournoi commence le 25, les joueurs ont près d’une semaine après pour se présenter à Rio.

«Mais les joueurs ne veulent pas le Canada, les JO et Cincinnati, dans cet ordre. La position de l’ATP c’est: 'Réglons les Masters et on fera les Olympiques après'. Dans les deux cas, nous, on va avoir une bonne participation. C’est Cincinnati qui risque d’être plus touché la prochaine fois.»

Loading Slideshow...
  • Louis-José Houde, l'animateur de la soirée

    (Crédit photo: Marc Young)

  • Jean-René Dufort

    (Crédit photo: Marc Young)

  • (Crédit photo: Marc Young)

  • (Crédit photo: Marc Young)

  • (Crédit photo: Marc Young)

  • (Crédit photo: Marc Young)

  • (Crédit photo: Marc Young)

  • (Crédit photo: Marc Young)

  • (Crédit photo: Marc Young)

  • (Crédit photo: Marc Young)

  • (Crédit photo: Marc Young)

  • (Crédit photo: Marc Young)

  • (Crédit photo: Marc Young)

  • (Crédit photo: Marc Young)

  • (Crédit photo: Marc Young)

  • (Crédit photo: Marc Young)

  • (Crédit photo: Marc Young)

  • (Crédit photo: Marc Young)

  • (Crédit photo: Marc Young)

  • (Crédit photo: Marc Young)

  • (Crédit photo: Marc Young)

  • (Crédit photo: Marc Young)

  • (Crédit photo: Marc Young)

  • (Crédit photo: Marc Young)

  • (Crédit photo: Marc Young)

  • (Crédit photo: Marc Young)

  • (Crédit photo: Marc Young)

  • (Crédit photo: Marc Young)

  • (Crédit photo: Marc Young)

  • (Crédit photo: Marc Young)

  • (Crédit photo: Marc Young)

  • (Crédit photo: Marc Young)

  • (Crédit photo: Marc Young)

  • (Crédit photo: Marc Young)

  • (Crédit photo: Marc Young)