Huffpost Canada Quebec

Québec solidaire veut miser sur les CLSC

Publication: Mis à jour:
Amir Khadir (Radio-Canada.ca)
Amir Khadir (Radio-Canada.ca)

Québec solidaire veut développer le réseau des CSLC pour désengorger les urgences.

Le parti investirait 600 millions de dollars dans les centres locaux de services communautaires pour y ajouter des ressources de première ligne.

Les CLSC sont ce que le système de santé québécois avait de meilleur, selon tous les observateurs, et qu'on a négligé. -- Amir Khadir.

« Nous voulons faire des CLSC ce qu'ils devaient être au départ : une première ligne accessible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 », dit le coporte-parole de Québec solidaire. Il précise que son parti investirait dans les soins et la prévention plutôt que dans les structures. Il laisserait aussi aux médecins le contrôle sur l'organisation des soins.

Un autre montant de 300 millions de dollars serait consacré à réduire le temps d'attente à l'urgence, dans un gouvernement mené par Québec solidaire. Avec ces fonds, le parti ouvrirait des lits de soins de longue durée dans des établissements publics, hors des hôpitaux.

Le parti propose aussi de revoir le partage des enveloppes de rémunération des médecins, partage qui a désavantagé les omnipraticiens ces dernières années, selon lui.

Les listes d'attentes gérées au même endroit

Québec solidaire s'engage à créer des guichets uniques régionaux pour administrer les listes d'attente, « sur la base des besoins de la population ». Actuellement, les médecins gèrent eux-mêmes les listes d'attentes et ce mode de gestion est inefficace, disparate, et provoque de l'engorgement, estime QS. Des guichets uniques permettraient aussi plus de transparence, selon le candidat de Mercier.

Le candidat de Mercier a par ailleurs joint sa voix à celles de ses rivaux politiques qui critiquent la promesse de la CAQ d'assurer l'accès à un médecin de famille à tous les Québécois d'ici un an.

Il faut se méfier des promesses comme quoi on va assurer l'accessibilité par magie [...] Ce qu'il faut faire, c'est renforcer la première ligne. -- Amir Khadir.

Amir Khadir était dans la circonscription de Laurier-Dorion, au parc Jarry, dimanche, pour présenter le plan de son parti en matière de soins de santé.