Huffpost Canada Quebec qc

Crise du homard: les usines de transformation reprennent leurs activités au N-B

Publication: Mis à jour:

MONCTON, N.-B. - Les usines de transformation des produits de la mer du Nouveau-Brunswick ont repris leurs activités vendredi, un jour après qu'un juge eut accordé une injonction interdisant aux pêcheurs de bloquer l'accès aux installations dans le cadre du conflit sur l'importation de homards américains.

Ronald LeBlanc, l'avocat représentant les neuf usines ayant obtenu l'ordonnance, a affirmé qu'aucune manifestation n'avait eu lieu à l'extérieur des installations depuis le prononcé de l'injonction d'une durée de 10 jours.

M. LeBlanc a dit espérer que les négociations actuellement en cours permettraient de résoudre le problème, mais a précisé que les transformateurs n'hésiteraient pas à demander une autre ordonnance si nécessaire.

Le crise entourant les prix du homard a atteint un point critique durant la dernière semaine lorsque des pêcheurs du Nouveau-Brunswick ont manifesté à Cap-Pelé et à Shédiac, en plus d'empêcher des camions de livrer des homards provenant du Maine à trois usines.

Mercredi, ils ont protesté devant le bureau du ministre fédéral des Pêches, Keith Ashfield, à Fredericton, où certains manifestants ont laissé des casiers à homard.

Des représentants de l'Union des pêcheurs des Maritimes (UPM) ont rencontré M. Ashfield vendredi. Une porte-parole du ministre a révélé qu'ils avaient discuté de stratégies visant à éviter que des conflits similaires ne se reproduisent dans le futur, mais a refusé de donner davantage de détails.

Le syndicat n'a pas répondu aux demandes d'entrevue.

Les transformateurs de la province ont accepté de payer un minimum de 2,50 $ la livre pour les homards destinés à la transformation et de 3 $ la livre pour ceux vendus vivants au marché. L'UPM a répliqué que ses membres du Nouveau-Brunswick avaient besoin de 4 $ la livre pour toutes leurs prises afin de rentabiliser leurs activités.

Le gouvernement de la province a refusé de compenser le manque à gagner des pêcheurs concernés par la crise, qui travaillent dans le détroit de Northumberland au sud du golfe du Saint-Laurent.

L'ouverture de la saison de la pêche au homard dans cette région, qui devait avoir lieu jeudi, a été repoussée à lundi.