POLITIQUE

Campagne électorale: entrevue avec la co-chef de Québec solidaire Françoise David

09/08/2012 05:39 EDT | Actualisé 09/10/2012 05:12 EDT

Confiante quant à l’issue du scrutin dans le comté de Gouin, la co-chef de Québec solidaire (QS), Françoise David, estime que les électeurs sont prêts à tourner une page d’histoire québécoise en réalisant, entre autres, qu’il y des partis politiques qui ont fait leur temps dans le paysage politique.

Rencontrée au début de la deuxième semaine de campagne dans son local électoral, Françoise David semblait confortable dans son rôle de candidate au poste de députée. Un défi qu’elle affronte avec beaucoup de force et de détermination pour une troisième fois dans le comté de Gouin, à Montréal.

«Je suis très persévérante, dit-elle, sans détour. Et je pense que j’ai réussi à établir au fil du temps un rapport de confiance avec les électeurs de mon comté.»

La tâche ne sera pas facile pour la co-chef de QS qui affronte le député péquiste sortant, Nicolas Girard. Celui-ci s’est notamment illustré en révélant le scandale des garderies, mais ça ne semble guère inquiéter Mme David, qui habite dans le comté depuis 33 ans.

«Je n’ai même plus besoin de dire bonjour et de me présenter aux gens de Gouin car ils me connaissent, admet-elle. Quand on n’est pas en élection, on parle d’un quartier (Gouin) et j’ai toujours été présente.»

Plus de députés à l’Assemblée nationale

Lors de la dernière élection, en 2008, QS avait surpris en réussissant à faire élire un premier député à l’Assemblée nationale. Un exploit qu’elle veut renouveler cette année en envoyant au moins cinq députés solidaires sur les banquettes.

«Les gens admirent l’homme et son audace (Amir Khadir, député de Mercier). Je leur dis qu’il est temps d’envoyer d’autres personnes accompagner Amir à Québec.»

La candidate dans Gouin confie également que la présence d’un premier député solidaire à l’Assemblée nationale a permis de mieux faire connaître la jeune formation politique auprès de l’ensemble des électeurs du Québec. Une réalité qui permet d’affronter l’élection avec, notamment, plus de moyens financiers.

Renouvellement politique

En plus de la présence d’un premier député solidaire sur les banquettes de l’Assemblée nationale, Mme David pense que le «printemps érable» a permis de changer le climat politique du Québec.

Un changement politique qui ne s’incarne pas dans les deux grands partis traditionnels, estime la co-chef de QS. «Il y a des partis liés à des générations. Et c’est normal qu’il y ait un renouvellement politique», précise-t-elle.

Dans le même sens, Mme David accuse le Parti québécois (PQ) de valser de droite à gauche quand vient le temps d’affirmer une position sur certains dossiers, notamment sur la hausse des frais de scolarité et les modifications à apporter au mode de scrutin. «Sur la proportionnelle, par exemple, le PQ a une position ambigüe. Nous, c’est clair !»

INOLTRE SU HUFFPOST

Portraits des chefs