NOUVELLES

Le mois de juillet 2012 a été le plus chaud de l'histoire des États-Unis (PHOTOS)

08/08/2012 07:18 EDT | Actualisé 08/10/2012 05:12 EDT
AP

WASHINGTON - Le mois de juillet 2012 a été le plus chaud de l'histoire des États-Unis, fracassant un record qui datait des années 1930, ont affirmé des scientifiques américains mercredi. Il estiment que les changements climatiques sont en cause.

Les États-Unis ont aussi battu un record cette année en ce qui concerne les phénomènes climatiques extrêmes, une mesure précise qui comprend la sécheresse, les fortes pluies, les températures inhabituelles et les tempêtes.

La température moyenne du mois de juillet 2012 aux États-Unis a été de 25 degrés Celsius, soit 0,2 degrés de plus que le record établi en juillet 1936, selon l'agence américaine d'étude de l'océan et de l'atmosphère (National Oceanic and Atmospheric Administration, NOAA). Les registres remontent à 1895.

Selon un climatologue de la NOAA, Jake Crouch, il s'agit d'une augmentation significative.

Les sceptiques du réchauffement climatique font souvent référence au «Dust Bowl» des années 1930 pour montrer que la chaleur actuelle n'est pas sans précédent. Le «Dust Bowl» est le nom donné à une série de tempêtes de poussière dans les grandes plaines des États-Unis et du Canada dans les années 1930.

Mais selon M. Crouch, les données climatiques montrent que l'année 2012 «dépasse largement les années du Dust Bowl». «Nous les battons de façon constante, de mois en mois», a-t-il indiqué.

Trois des cinq mois les plus chauds de l'histoire des États-Unis ont été enregistrés en juillet: en 2012, 2011 et 2006. Les mois de juillet 1936 et 1934 complètent le palmarès.

Le mois de juillet 2012 a aussi été 1,7 degrés Celsius plus chaud que la moyenne du 20e siècle pour juillet.

Deux tiers des États américains ont connu l'un des 10 mois de juillet les plus chauds de leur histoire, tandis que la Virginie a connu son mois de juillet le plus chaud en date.

En 2011, la chaleur semblait concentrée en Oklahoma et au Texas. Mais en 2012, «les épicentres de la chaleur ont en quelque sorte migré. Tout le monde a été touché en juillet», a expliqué M. Crouch.

Les sept premiers mois de 2012 ont été les plus chauds de l'histoire des États-Unis. La période qui va d'août 2011 à juillet 2012 a été la période de 12 mois la plus chaude de l'histoire, tout juste devant la période comprise entre juillet 2011 et juin 2012.

Mais il n'y a pas que la chaleur. La NOAA tient aussi un «Index de climat extrême» qui remonte à 1900 et qui suit plusieurs indicateurs de températures inhabituellement basses ou élevées, de sécheresses extrêmes, de déluges, de tempêtes tropicales et d'ouragans. L'indice s'exprime en pourcentage, qui illustre quelle proportion du pays a été touchée par des phénomènes climatiques extrêmes. En juillet 2012, l'indice était de 37 pour cent, un record qui bat celui établi en juillet 2011. La moyenne est de 20 pour cent.

Pour les sept premiers mois de 2012, l'indice était de 46 pour cent, ce qui dépasse le record de 1934. L'indice de cette année a été largement influencé par les températures élevées qui se sont maintenues le jour et la nuit, ce qui est inhabituel, selon M. Crouch.

«Cela ne se serait pas produit en l'absence de changements climatiques causés par l'homme», a affirmé un climatologue de l'université d'État de Pennsylvanie, Michael Mann.

M. Crouch et Kevin Trenberth, analyste du climat au Centre national de recherche atmosphérique, pensent eux aussi que la situation actuelle s'explique en partie par le réchauffement climatique.

«Le fait que les sept premiers mois de l'année aient été les plus chauds en date est impressionnant du point de vue du climat, et souligne le fait qu'il y a d'autres facteurs que la variabilité naturelle qui jouent un rôle. Le réchauffement climatique causé par les activités humaines se manifeste d'une façon qui ne peut être qu'un avertissement majeur pour l'avenir», a souligné M. Trenberth.

INOLTRE SU HUFFPOST

Chaleur mortelle aux États-Unis