Les PDG de Cogeco, Eastlink et Québecor ont lancé mardi matin une campagne pour éviter que leur concurrent Bell n'achète un autre joueur important de l'industrie des télécommunications, Astral Media. Ils ont exhorté les consommateurs canadiens à faire pression sur Ottawa afin que la transaction soit bloquée.

S'adressant à la presse, ils se sont inquiétés de la place qu'occuperait Bell dans le paysage médiatique si la fusion avait lieu. Ils croient qu'il en résulterait une réduction de la concurrence à l'échelle nationale et ultimement, une hausse des tarifs en câblodistribution.

Les trois concurrents de Bell estiment notamment que la part d'auditoire télévisée de l'éventuelle entité serait dominante et que la « transaction aurait comme résultat de limiter la création d'émissions canadiennes ».

Le PDG de Québecor, Pierre-Karl Péladeau, a été interrogé sur les motifs de ses préoccupations entourant la concentration médiatique, étant donné la place importante qu'occupe déjà son entreprise dans ce domaine au Québec. Il s'est contenté de répondre qu'à son avis, il existe une saine compétition au Québec. Selon lui, cette question est une « problématique canadienne ».

Il a par ailleurs qualifié l'achat d'Astral par Bell de « transaction anticoncurrentielle ».

En plus de rencontrer la presse, les trois entreprises ont acheté de pleines pages de publicité dans de grands quotidiens du pays mardi pour dénoncer la transaction.

Lors de l'annonce du mariage entre Astral et Bell, le PDG de Bell, George Cope, expliquait plutôt que la transaction allait permettre au groupe « de bien faire face à la concurrence, que ce soit Québecor, avec Vidéotron, ou CBC/Radio-Canada ». « Le consommateur aura plus de choix », avait-il précisé.

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications, le CRTC, reçoit jusqu'à jeudi les commentaires sur la vente d'Astral à Bell. Les audiences commenceront le mois prochain.

Loading Slideshow...
  • Bell achète Astral

    Le PDG d'Astral, Ian Greenberg, 70 ans, à l'assemblée générale du 13 décembre dernier. Il cherchait à vendre Astral depuis plusieurs mois. (PC/Frank Gunn)

  • Bell achète Astral

    Astral possède 84 stations de radio à travers le Canada, dont 29 au Québec. L'entreprise opère également 24 chaînes de télévision payantes et spécialisées, dont Musique Plus, Musimax, Super Écran et Ciné Pop, de même qu'une division d'affichage extérieur. (PC)

  • Bell achète Astral

    Le PDG de Bell, George Cope, à gauche, accompagné par Larry Tanenbaum par le PDG de Rogers, Nadir Mohamed President, le 9 décembre dernier. Ils venaient de faire l'acquisition conjointe des Maple Leafs, des Raptors (NBA) et du Toronto FC (MLS). (PC/Chris Young)

  • Bell achète Astral

    Bell Média possède le réseau CTV et ses 27 stations affiliées partout au pays. L'entreprise compte également une participation financière dans 30 chaînes de télévision spécialisées, dont RDS et TSN. Elle contrôle également 15 % des intérêts du quotidien The Globe and Mail et 33 stations de radio acquises de CHUM, de même que bon nombre de propriétés sur le web. (PC)


Loading Slideshow...
  • Les 7 géants des médias au Canada

  • Postmedia - 1,1 milliard $

    Postmedia a été créée en 2010, après le démantèlement de Canwest. Un consortium mené l'ancien PDG de Canwest Paul Godfrey a acheté actifs des journaux de Canwest, dont le National Post, le Ottawa Citizen et le Calgary Herald, de même que deux quotidiens de Vancouver. En photo: le PDG de Postmedia, Paul Godfrey <em>*Selon les chiffres annoncés par l'entreprise</em>

  • Torstar - 1,48 milliard $

    Torstar détient le Toronto Star, plus important quotidien au pays. L'entreprise détient aussi la chaîne de magazine Metroland et l'éditeur Harlequin, qui publie des romans à l'eau-de-rose. En photo: l'édifice de Torstar à Toronto <em>*Selon les chiffres annoncés par l'entreprise</em>

  • Shaw - 4,74 milliards $

    Le géant du câble dans l'ouest canadien est entré dans les ligues majeures en 2009 avec l'achat de plusieurs affiliés de CTV. L'entreprise fondée par Jim Shaw est toujours contrôlée par sa famille. En photo: le PDG Brad Shaw <em>*Selon les chiffres annoncés par l'entreprise</em>

  • Quebecor - 9,8 milliards $

    Fondée par Pierre Péladeau, l'entreprise détient Sun Media et la chaîne de quotidiens Osprey, de même que Vidéotron, TVA et nombre de publications et de sites web. Le fils de Pierre Péladeau, Pierre-Karl, a occupé le poste de PDG de 1999 à 2013. Depuis mars 2013, Robert Dépatie occupe ce poste. Photo: Pierre-Karl Peladeau <em>*Selon les chiffres annoncés par l'entreprise</em>

  • Rogers - 12,1 milliards $

    Fondée par Ted Rogers, Rogers Communications est un acteur de premier plan dans le secteur du câble et des services sans-fil. L'entreprise contrôle Rogers Media, qui détient 70 publications, 54 stations de radio et plusieurs chaînes de télé, dont CityTV et The Shopping Channel. En photo: Le PDG de Rogers, Nadir Mohamed <em>*Selon les chiffres annoncés par l'entreprise</em>

  • Woodbridge (Thomson Reuters) - 13,8 milliards $

    Woodbridge est le holding de la milliardaire famille Thomson. L'entreprise contrôle 55 % de Thomson Reuters, l'une des plus grandes organisations médias. En photo: le fondateur Kenneth Thomson photographié en 2003. <em>*Selon les chiffres annoncés par l'entreprise</em>

  • Bell Canada (BCE) - 18,1 milliards $

    BCE est l'une des plus importantes entreprises canadiennes, avec ses services de téléphonie, de web et de télévision. Sa filiale Bell Média a acheté les stations de radio du groupe CHUM en 2006, et celles d'Astral Media en 2012. Bell détient également le réseau CTV. <em>*Selon les chiffres annoncés par l'entreprise</em>