Même s'il vit au Québec depuis 32 ans, un résident de la Montérégie d'origine portugaise sera expulsé du Canada d'ici quelques semaines en raison d'un imbroglio administratif.

Jose Pereira habite Saint-Roch-de-Richelieu, est marié à une Québécoise, a quatre enfants et des petits-enfants. Et jusqu'à tout récemment, il avait une entreprise. Contraint à l'expulsion, sa maison a été mise en vente et il se prépare à plier bagage.

Le Canada interdit même à Jose Pereira de revenir au pays. Sa femme, Cérès Bibeau, se dit dévastée. « On s'en va vivre au Portugal. Moi, mes enfants sont ici, mes petits-enfants sont ici, c'est un gros, gros, gros choc », confie-t-elle.

Imbroglio administratif

M. Pereira n'a commis aucun crime. Il s'est simplement rendu au Portugal en 2009 pour rendre visite à son père malade, alors que sa carte de résident permanent était expirée. Durant son séjour, il a entrepris des démarches à Montréal et à l'ambassade du Canada à Paris pour régler sa situation. Puis, il est rentré au Québec, où l'attendait sa nouvelle carte de résident permanent.

Tout était en ordre, croyait-il, mais ce n'était pas le cas. L'ambassade exigeait plus de preuves de sa résidence au Canada et il n'a pas répondu à leurs demandes.

« Le problème, c'est que je n'ai pas fait appel alors que je ne savais même pas que je devais faire appel, parce que j'ai reçu la lettre au Portugal », explique-t-il.

Finalement, l'ambassade a annulé sa résidence permanente et le Canada a ordonné son expulsion pour « utilisation abusive de nos lois d'immigration ». Ironiquement, Jose Pereira l'a appris deux ans plus tard, lorsqu'il s'est présenté pour obtenir sa citoyenneté canadienne.

Selon l'avocat Stéphane Handfield, M. Pereira a fait preuve d'un peu de négligence, mais il n'a certainement pas abusé des lois de l'immigration.

« Ce n'est pas un individu qui a commis des infractions criminelles, il se conformait à la loi. Malheureusement, il a été mis dans une situation contradictoire par les décisions qui ont été rendues, mais on est loin d'être dans une situation d'un individu qui a contrevenu et qui a abusé du système, loin de là », estime-t-il.