NOUVELLES

Hiroshima marque le 67e anniversaire du premier bombardement nucléaire de l'histoire

06/08/2012 07:08 EDT | Actualisé 06/10/2012 05:12 EDT
Getty Images
HIROSHIMA, JAPAN - AUGUST 06: Japanese people wait to pray in front of a monument for atomic bomb vicitims at the Hiroshima Peace Memorial Parkon August 6, 2012 in Hiroshima. Japan. Japan marks the 67th anniversary of the first atomic bomb that was dropped on Hiroshima by the United States on August 6, 1945, killing an estimated 70,000 people instantly with many thousands more dying over the following years from the effects of radiation. Three days later another atomic bomb was dropped on Nagasaki, ending World War II. (Photo by Buddhika Weerasinghe/Getty Images)

HIROSHIMA, Japon - Sipa — Hiroshima s'est recueillie lundi à la mémoire des victimes du premier bombardement nucléaire de l'histoire survenu il y a 67 ans dans cette ville du sud-ouest du Japon.

Quelque 50 000 personnes, parmi lesquelles des survivants, proches des victimes, membres du gouvernement japonais et délégués de 70 pays, se sont rassemblés au mémorial de la Paix sur le lieu de l'explosion.

Une cloche a sonné et une minute de silence a été observée à 8 h 15, heure locale, lundi matin. C'est l'heure exacte à laquelle le bombardier B-29 américain Enola Gay a largué sur Hiroshima le 6 août 1945 une bombe atomique d'un pouvoir de destruction équivalant à environ 15 000 tonnes de TNT.

L'explosion, qui a détruit la majeure partie de la ville, a fait près de 140 000 morts. Trois jours plus tard, le 9 août, la ville de Nagasaki a aussi été la cible d'un bombardement nucléaire qui a coûté la vie à 80 000 personnes et a été suivi par la capitulation du Japon.

Clifton Truman Daniel, petit-fils du président américain Harry Truman qui ordonna les attaques, était présent à la cérémonie. S'exprimant par la suite lors d'une conférence de presse, il n'a pas souhaité commenter les décisions prises par son grand-père. M. Daniel a déclaré qu'il souhaitait toutefois faire son possible pour que les armes nucléaires ne soient plus jamais utilisées.

Le gouvernement américain était de son côté représenté à l'événement par l'ambassadeur des États-Unis, John Roos.

Cette commémoration intervient dans un Japon encore traumatisé par la catastrophe à la centrale nucléaire de Fukushima, consécutive au séisme et au tsunami du 11 mars 2011.

Le maire d'Hiroshima, Kazumi Matsui, a réaffirmé son engagement à oeuvrer en faveur d'un monde sans armes nucléaires. Il a souligné l'importance du souvenir, alors que l'âge moyen des rescapés d'Hiroshima est de 78 ans. Et l'accident de Fukushima, a-t-il ajouté, illustre les dangers de l'atome, y compris pour un usage civil et pacifique.