L'Association des hôtels du grand Montréal a enregistré une chute de 12,5 % du taux d'occupation des chambres au mois de juillet, par rapport à la même période l'an dernier.

Sauf en 2009, il n'y a jamais eu un taux d'occupation aussi bas depuis 15 ans, selon l'association qui représente un peu plus de 70 établissements.

Cette baisse pourrait s'expliquer par plusieurs facteurs comme la force du dollar canadien par rapport au dollar américain, la faiblesse de l'euro et les Jeux olympiques.

Le vice-président directeur, William Brown, se demande aussi si les manifestations étudiantes du printemps dernier n'ont pas eu un impact important.

« On pose les questions durant les mois d'avril et de mai, où nous avons eu toutes ces manifestations à Montréal et l'image négative de Montréal autour du monde. Est-ce que des personnes ont décidé de ne pas aller à Montréal durant l'été? », se demande-t-il.

Les hôteliers espèrent que les touristes seront plus nombreux en août à louer une chambre.

Par ailleurs, des employés de l'industrie hôtelière montréalaise lancent une série d'activités pour faire connaître leurs revendications liées au renouvellement de différents contrats de travail.

Ils sont en tout 5500 employés un peu partout au Québec en négociation actuellement.

Ils veulent par la même occasion donner leur appui à 300 de leurs collègues du Hyatt-Regency en lock-out.

D'après le reportage d'Éric Plouffe