Huffpost Canada Quebec qc

Décès du cinéaste Chris Marker à 91 ans

Publication: Mis à jour:

DISPARITION - Le cinéaste Chris Marker est décédé à l'âge de 91 ans. Chris Marker était notamment connu pour ses films atypiques comme La Jetée, court métrage de 28 minutes réalisé en 1962 construit uniquement à partir d'images fixes, Sans Soleil, Le fond de l'air est rouge ou Le Joli Mai. Auteur de nombreux documentaires, il a collaboré avec Costa-Gavras, Jorge Semprun, William Klein, Akira Kurosawa, Yves Montand et Alain Resnais.

Écrivain, baroudeur, critique, poète, photographe, caméraman, technicien, vidéaste ou artiste, Marker, de son vrai nom Christian-François Bouche-Villeneuve, né à Neuilly-sur-Seine, se présente comme un "artisan bricoleur". Il débute sa carrière au cinéma en parcourant le globe pour l'UNESCO à des fins éducatives et offre un premier documentaire en 1952 sur les Jeux olympiques d'Helsinki - Olympia 52 - qui inaugure son style "subjectif".

Avec Alain Resnais, il co-réalise ensuite un court métrage, Les Statues meurent aussi, dénonciation acerbe du colonialisme à travers l'art africain récompensé par le prix Jean Vigo. Les nombreuses images glanées lors de ses déplacements alimentent ses documentaires sur la Chine - Dimanche à Pékin, la Russie - Lettre de Sibérie ou Cuba. Témoin des transformations de la planète, Marker atteint une renommée internationale avec son court métrage de science-fiction, La Jetée qui inspirera Terry Gilliam pour L'Armée des 12 singes.

Après avoir suivi les cours de Philosophie de Jean-Paul Sartre, Marker avait rejoint la Résistance comme parachutiste pendant la Seconde guerre mondiale. Un engagement qui ne le quitte pas, caméra à la main, de l'Asie aux usines Lip, à travers un grand nombre de films "politiques" comme l’œuvre collective intitulée Loin du Vietnam (1967) ou des films ouvriers majeurs réalisés dans le cadre des "Groupes Medvedkine"

En 1977, Le fond de l'air est rouge fait figure de synthèse dans laquelle il tente d'analyser et de comprendre le tournant qu'a pris le XXe siècle dans les années 60. En 1982, Sans Soleil ouvre la voie de "l'essai cinématographique": à la fois montage, documentaire, fiction, avec un soupçon de commentaires philosophiques. Marker a également réalisé des portraits de cinéastes, comme Une Journée d'Andrei Arsenevitch sur Andrei Tarkovski, Le Tombeau d’Alexandre consacré à Medvedkin ou A.K. sur Akira Kurosawa tourné sur le plateau de Ran.

Dans un communiqué signé par Costa-Gavras et Serge Toubiana, la Cinémathèque Française lui a aussi rendu hommage:

"Grand moraliste, Chris Marker avait le regard d’un ethnographe engagé, soucieux de styliser son écriture cinématographique. Ecrivain, photographe, auteur de nombreux collages qu’il envoyait à ses amis de par le monde, au Japon, en Amérique et partout ailleurs, en se servant des nouvelles technologies et d’Internet, grand voyageur solitaire, Chris Marker, figure libre et souveraine, aimait entretenir le mystère sur sa personne, refusant d’être photographié ou de présenter ses propres films."

La nouvelle a été confirmée à l'AFP par l'entourage du réalisateur. Elle provenait plus tôt de deux sources différentes, le critique Jean-Michel Frodon, et Gilles Jacob, le président du festival de Cannes, qui l'ont tous les deux annoncée sur Twitter:

De Level Five, réflexion autour de la bataille d'Okinawa à son dernier court-métrage réalisé en 2007 Leila Attacks, découvrez dans le vidéorama ci-dessous quelques extraits des oeuvres de Chris Marker:

Chris Marker, en quelques films
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Sur le web

Chris Marker - Wikipédia

Le réalisateur Chris Marker est mort