POP - Il ne faut pas trop lui en demander. Madonna, la reine de la pop, a donné jeudi 26 juillet au soir à l'Olympia à Paris, un show en hommage à la culture française, achevant sa prestation au bout d'à peine une heure de concert, à la grande déception de nombreux fans.

Après avoir joué sept titres, elle s'est alors évaporée dans le décor, le rideau se refermant sous une rafale d'applaudissements qui se sont mués en cris de protestation. Certains fans, qui avaient patienté pendant des heures voire des jours sous une chaleur écrasante pour voir leur idole, restaient dans la salle, interdits, tandis que d'autres criaient "remboursez" et jetaient des bouteilles d'eau vides sur la scène.

Un internaute nous a signalé que "les fans de Madonna à l'Olympia veulent être remboursé car le 'concert' vendu à prix prohibitif a duré moins d'une heure, dont 10 minutes de discours, seulement 7 titres chantés, pour des places allant de 90 à 276 €."


Les fans de Madonna à l'Olympia veulent être... par atlancomein

Sur Twitter aussi, on pouvait lire la colère des fans.

"Même pas dix chansons, pas merci, pas au revoir. Nous sommes venus de Montpellier et avons payé 180 euros les billets c'est vraiment raide", regrettaient Anthony, Stéphane et Guillaume, des trentenaires. Madonna donnera son dernier concert en France le 21 août à Nice.

"La France leur a ouvert les bras"

La "madone", a saisi l'occasion de ce concert dans la salle mythique du music-hall français pour répondre artistiquement à la présidente du Front National Marine Le Pen.

Cette dernière a porté plainte contre Madonna pour "injure" après un clip vidéo projeté le 14 juillet au Stade de France, montrant brièvement Madame Le Pen affublée d'une croix gammée sur le front.

"Je sais que j'ai fâché une certaine Marine Le Pen. Ce n'est pas mon intention de me faire des ennemis", a-t-elle enchaîné. Sans repasser le clip vidéo incriminé, la star a vanté la tradition de tolérance et d'accueil de la France envers les artistes. "Avant le mouvement des droits civiques aux Etats-Unis, les artistes afro-américains n'étaient pas autorisés à se produire en Amérique [...] mais la France leur a ouvert les bras", a-t-elle dit, citant Josephine Baker ou encore Charlie Parker.

"Les gens de couleur, les gens différents, les minorités se sentaient bienvenus en France" et "tout le monde venait en France pour créer", s'est-elle exclamée devant 2700 fans, mentionnant encore Gauguin, Van Gogh et Picasso.

"Un hommage"

Or, aujourd'hui, "le monde est en train d'entrer dans une période qui fait peur [...] Et que se passe-t-il quand les gens ont peur? Ils deviennent intolérants", a-t-elle déploré, dans une critique à peine voilée des thèses du FN.

"Je pense aux gens qui m'ont inspirée et je leur rends hommage", a-t-elle dit, citant Edith Piaf, Jean-Luc Godard et Serge Gainsbourg, Alain Delon, Jeanne Moreau. Parmi les spectateurs, l'acteur irlandais Pierce Brosnan, alias James Bond, venu avec son épouse, observait la scène avec beaucoup d'attention.

Madonna a achevé son concert en chantant "Je t'aime moi non plus" de Serge Gainsbourg, ligotant un homme sur une chaise qu'elle a "achevé" à coup de pistolet.