Barack Obama promet de s'attaquer à la violence par armes à feu

Publication: Mis à jour:
OBAMA BUILD BUSINESS
Getty Images

Moins d'une semaine après la tuerie d'Aurora, au Colorado, le président américain Barack Obama s'engage à « continuer à travailler » avec le Congrès pour trouver « un consensus » sur la façon de lutter contre les violences commises avec des armes à feu aux États-Unis.

« Toutes les 36 heures, le nombre de jeunes gens que nous perdons dans ces violences est approximativement le même que le nombre de personnes que nous avons perdues dans ce cinéma », a-t-il déclaré mercredi devant la conférence de la National Urban League, un groupe de défense de la communauté noire.

« Et quand il se produit une tragédie aussi affreuse que celle que nous avons vue, il y a toujours des appels à l'action, on parle de nouvelles réformes et de nouvelles lois. Et trop souvent, ces efforts échouent à cause de la politique et des groupes de pression », a-t-il souligné, faisant référence au puissant lobby des armes aux États-Unis.

« Je vais continuer d'oeuvrer avec des membres des deux partis [démocrate et républicain], de groupes religieux et d'organisations civiques pour parvenir à un consensus sur la réduction de ces violences », a assuré le président américain, qui a rencontré dimanche des victimes de la tuerie d'Aurora.

Bien que ce drame ranime le débat sur le contrôle des armes à feu, la question reste un sujet sensible aux États-Unis, où le deuxième amendement de la Constitution américaine garantit à tout citoyen le droit de porter une arme à feu.

À un peu plus de trois mois de l'élection présidentielle du 6 novembre, Barack Obama a dû tempérer ses propos. Il a assuré que son gouvernement avait fait en sorte d'imposer aux acheteurs d'armes des vérifications « plus strictes et plus complètes », tout en rappelant qu'il n'était pas opposé au deuxième amendement.

« Nous reconnaissons les traditions de la possession d'arme qui ont été transmises de génération en génération, que la chasse et le tir font partie de notre héritage national le plus cher », a-t-il indiqué.

« Je pense que la majorité des propriétaires d'armes seraient d'accord sur le fait que [...] nous devrions vérifier le casier judiciaire de quelqu'un avant qu'il puisse aller chez un armurier; qu'un individu instable ne devrait pas pouvoir s'emparer d'une arme aussi facilement », a conclu le président américain.

Modifier la loi ne changerait rien, dit Mitt Romney

Le candidat républicain à la présidentielle des États-Unis, Mitt Romney, estime de son côté que d'éventuelles modifications à la législation américaine n'empêcheraient pas qu'un drame comme celui d'Aurora ne se reproduise.

Même si les armes à feu qu'aurait utilisées le suspect de la tuerie ont toutes été achetées en conformité avec la loi américaine, Mitt Romney soutient que plusieurs des armes appartenant à James Holmes avaient été obtenues illégalement.

James Holmes s'est procuré un fusil d'assaut, un fusil de chasse et un pistolet Glock de façon tout à fait légale. Le suspect avait également installé un système d'engins explosifs « sophistiqués » à l'intérieur de son appartement. On ignore s'il a obtenu le matériel pour ces bombes de façon illégale, mais sa fabrication est contraire à la loi dans l'État du Colorado.

Lorsqu'il était gouverneur du Massachusetts, Mitt Romney avait approuvé un projet de loi interdisant certaines armes d'assaut, du même type que celles qu'aurait utilisées James Holmes pour commettre son massacre. Il avait qualifié ces armes « d'instruments de destruction dont le seul objectif est de pourchasser et tuer des gens ».

Malgré tout, le candidat républicain s'oppose à la modification des lois actuelles. « Je ne crois pas que l'Amérique ait besoin de nouvelles lois sur le contrôle des armes à feu. Il y a beaucoup de choses que ce jeune homme a faites, qui sont contraires à la loi. Mais le fait que ce soit contraire à la loi n'a pas empêché que cela se produise », a-t-il déclaré en entrevue au réseau NBC.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Tuerie au Colorado
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Le contrôle des armes, un sujet sensible aux É-U | Métro

Après la tuerie du - Dépêches : euronews : les infos internationales ...

Présidentielle: Obama en baisse dans les sondages | Tangi ...

Présidence de Barack Obama - Wikipédia

Fusillade dans le Colorado: Obama attendu sur place, le logement piégé déminé

Fusillade: Obama écourte sa tournée

La tuerie du Colorado influe le débat présidentiel

Fusillade lors de la première de Batman: 12 morts

Etats-Unis: un massacre endeuille la première de "Batman" dans le Colorado