LE CAIRE, Égypte - Le président égyptien a nommé mardi un jeune ministre indépendant au poste de premier ministre, en le chargeant de former un gouvernement d'union afin de relancer l'économie et de rétablir la sécurité après 17 mois d'instabilité et de manifestations.

La nomination d'Hesham Kandil survient près d'un mois après l'investiture de Mohammed Morsi, candidat des Frères musulmans, à la présidence. M. Morsi est le premier président civil démocratiquement élu en Égypte. Le temps qu'il lui a fallu pour choisir un premier ministre reflète les difficultés auxquelles il fait face dans la mise sur pied de son gouvernement.

«Il faudra de la patience», a déclaré M. Kandil lors d'une brève allocution télévisée après l'annonce de sa nomination. Il a appelé à l'unité des Égyptiens face aux importants défis qui se posent pour le pays.

Les militaires qui ont pris le pouvoir après le renversement du président Hosni Moubarak, l'an dernier, ont toujours le dernier mot dans plusieurs secteurs de la gouvernance. Ils se sont notamment réservé le privilège de nommer le ministre de la Défense. On ne sait pas très bien pour l'instant quels seront les pouvoirs du premier ministre.

Hesham Kandil, un ingénieur formé aux États-Unis âgé dans la quarantaine, devra consulter le président avant de nommer les autres ministres du gouvernement.

Mohammed Morsi avait promis de nommer un candidat non lié aux Frères musulmans pour diriger un gouvernement d'union, qui devrait inclure des membres d'autres factions politiques. M. Kandil n'est lié à aucun parti politique ou groupe religieux, selon la télévision publique.

Hesham Kandil serait un musulman pratiquant. Il porte une petite barbe et a souvent ponctué ses déclarations passées dans les médias de références religieuses.

Selon Emad Gad, du Parti social-démocrate, plusieurs personnalités de premier plan suggérées pour le poste de chef du gouvernement ont refusé parce qu'elles ne voulaient pas être un simple véhicule du programme des Frères musulmans, connu sous le nom de «Projet de la renaissance», qui vise à réformer le gouvernement et l'économie.

M. Gad pense que le conseil exécutif des Frères musulmans a joué un rôle considérable dans le choix de M. Kandil. «Ils ont choisi quelqu'un qui n'est pas issu de la confrérie mais dont l'idéologie est semblable», a-t-il analysé.

Le mouvement d'opposition du 6-Avril, qui a contribué à l'organisation du soulèvement de l'an dernier, pense que les Égyptiens sont confus quant aux raisons de ce choix. Mais le mouvement estime qu'il est encore trop tôt pour juger M. Kandil.

Le porte-parole du parti ultraconservateur Al-Nour a déclaré que la nomination d'Hesham Kandil était une surprise, mais un choix acceptable. «Il aura beaucoup de dossiers à gérer, à commencer par l'anarchie», a affirmé Yousseri Hamad.

Le parti Al-Nour a indiqué qu'il envisagerait de se joindre au gouvernement s'il y est invité.

Hesham Kandil était le ministre des Ressources en eau et de l'Irrigation dans le gouvernement intérimaire sortant, nommé par les militaires. Il est titulaire d'une maîtrise et d'un doctorat de l'université de Caroline du Nord, et a déjà travaillé pour la Banque africaine de développement, où il s'occupait des pays du bassin du Nil.