POLITIQUE

Armes à feu: Stephen Harper et Rob Ford discutent de peines plus sévères

24/07/2012 06:20 EDT | Actualisé 23/09/2012 05:12 EDT
CP

OSHAWA - Le premier ministre Stephen Harper dit avoir discuté mardi, avec le maire de Toronto, Rob Ford, de l'imposition de peines de prison plus sévères pour les crimes liés à l'utilisation des armes à feu, quelques jours après la fusillade meurtrière qui a eu lieu dans la métropole ontarienne.

Lors d'une conférence de presse sur un autre sujet à Oshawa, en Ontario, M. Harper a déclaré que M. Ford et lui avaient discuté de la mise en place de "mesures supplémentaires" afin de combattre la violence liée à l'utilisation des armes à feu, mais il s'est gardé de fournir davantage de détails.

Ses discussions en privé avec M. Ford ont duré moins d'une heure et elles se sont tenues dans un poste de police situé à bonne distance de l'endroit où une fusillade a éclaté la semaine dernière. Les deux hommes ont refusé de s'adresser aux journalistes lorsqu'ils sont sortis de la rencontre.

À Oshawa, M. Harper a dénoncé les tribunaux qui "tentent d'invalider" des "peines sévères". Il semblait faire référence à de récents jugements qui ont statué que les peines minimales obligatoires pour les crimes liés à l'utilisation des armes à feu étaient inconstitutionnelles.

"Je crois que les événements de Toronto mettent en exergue les raisons qui rendent ces peines essentielles", a dit M. Harper dans le cadre d'une annonce liée au fabricant automobile GM.

Le gouvernement fédéral a déposé plus tôt cette année un projet de loi omnibus en matière de justice criminelle qui impose des peines minimales pour des crimes tels que le trafic de drogue, les agressions violentes et les crimes à caractère sexuel. Le projet de loi a également éliminé les peines conditionnelles pour des crimes comme les agressions sexuelles, les homicides et le trafic de drogue. Le projet de loi, enfin, a aussi imposé des peines plus sévères pour les jeunes contrevenants.

M. Harper a déclaré mardi que le gouvernement continuait à faire de la lutte à la criminalité une priorité en investissant des centaines de millions de dollars dans la sécurité à la frontière pour tenter de mettre fin au trafic d'armes en provenance des États-Unis, et en tentant de déposer un projet de loi qui facilitera la déportation de gens n'étant pas citoyens canadiens qui ont commis des crimes au Canada. Le premier ministre a également parlé d'un projet de loi d'initiative parlementaire qui vise à imposer des peines plus sévères à ceux qui encouragent les jeunes à joindre les rangs de gangs criminels.

M. Harper a par ailleurs ajouté que le gouvernement avait toujours appuyé des programmes qui viennent en aide aux jeunes défavorisés, mais n'a pas offert de détails sur cette question.

Le maire Ford avait rencontré la veille le premier ministre de l'Ontario, Dalton McGuinty, afin de confirmer un financement permanent de la province pour prolonger l'initiative policière mise sur pied il y a six ans afin de lutter contre la violence dans la capitale ontarienne.

Le premier ministre McGuinty s'est engagé à octroyer 12,5 millions $ pour des policiers spécialisés dans la lutte contre la violence, une subvention qui devait prendre fin l'an prochain. Il n'a toutefois pas accordé les 5 à 10 millions $ que M. Ford réclamait pour l'embauche de policiers supplémentaires.

Une fusillade lors d'une fête de quartier à Toronto la semaine dernière a fait deux morts, dont une adolescente de 14 ans, ainsi que 23 blessés.

INOLTRE SU HUFFPOST

Fusillade à Toronto, 17 juillet 2012
Fusillade du 2 juin au Centre Eaton, à Toronto