INTERNATIONAL
23/07/2012 06:13 EDT | Actualisé 22/09/2012 05:12 EDT

Syrie: les armes chimiques sont en sécurité, assure le gouvernement

AP

BEIRUT - BEYROUTH (Sipa) — La Syrie a menacé lundi d'avoir recours aux armes chimiques en cas d'attaque étrangère, reconnaissant ainsi pour la première fois posséder un arsenal chimique et biologique.

"Aucune arme chimique ou biologique ne sera utilisée, et je le répète, ne sera jamais utilisée pendant la crise en Syrie, quels que soient les développements à l'intérieur" du pays, a déclaré le porte-parole du ministère syrien des Affaires étrangères Jihad Makdissi.

"Tous ces types d'armes sont stockées et en sécurité, sous la surveillance directe des forces armées syriennes. Elles ne seront jamais utilisées à moins que la Syrie soit exposée à une agression extérieure", a ajouté M. Makdissi, lors d'une conférence de presse diffusée par la télévision d'Etat.

Le ministre allemand des Affaires étrangères Guido Westerwelle a vivement critiqué les propos de Jihad Makdissi les qualifiant de "scandaleux". "Cela révèle une fois de plus le manque d'humanité du régime syrien", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Berlin.

Damas détiendrait des gaz neurotoxiques, comme le gaz moutarde, des missiles Scud capables de projeter ces gaz mortels, ainsi que des armes conventionnelles comme des roquettes anti-char et des missiles portables dernier modèle.

Certains pays, Israël en particulier, craignent que ces armes tombent entre les mains des rebelles combattant le président Bachar el-Assad, ou qu'elles soient utilisées contre la population syrienne pour défendre le régime.

Le ministre israélien de la Défense Ehoud Barak avait déclaré au cours du week-end dernier envisager si nécessaire une opération contre des arsenaux militaires syriens, afin d'empêcher que des armes chimiques et missiles tombent aux mains de militants du Hezbollah libanais ou affiliés à Al-Qaïda.

Pour Makdissi, il y a une campagne politique et médiatique étrangère "qui cherche à justifier et préparer l'opinion publique internationale à une intervention militaire, sous le faux prétexte d'armes de destruction massive" détenues par Damas.

ljg/AP-v0378