LONDRES - Les cérémonies d'ouverture des Jeux olympiques de Londres seront grandioses — mais seront-elles surprenantes?

Dans un sens, non.

Son directeur Danny Boyle souhaite que les détails restent secrets, mais le directeur des JO Sebastian Coe a supplié les membres de son organisation d'arrêter de couler des informations à propos du spectacle. À l'ère des téléphones intelligents et des médias sociaux, et compte tenu du fait que plus de 10 000 artistes participeront à l'événement, en plus des milliers d'agents de sécurité, de membres du personnel olympique et des 10 000 journalistes déjà présents au Olympic Park, très peu de choses peuvent être gardées secrètes.

«Le monde moderne, en partie, nous empêche de véritablement faire ça», a reconnu Boyle à propos de la capacité de l'organisation de garder des détails secrets, alors qu'il faisait visiter à des journalistes une répétition de la scène d'ouverture des cérémonies, des semaines avant l'événement.

En conséquence, voici un secret de polichinelle: Arrêtez de lire si vous voulez que les cérémonies d'ouverture de vendredi soient une surpise. Arrêtez, arrêtez, arrêtez.

Si cependant vous êtes aussi curieux que tous les autres, et bien préparez vous pour tout, de James Bond à Lord Voldemort en passant par une cuillère de sucre.

Boyle a révélé quelques détails spécifiques à propos du spectacle. Mais puisque les artistes ont commencé à répéter en juin au Stade olympique — et qu'une armée de journalistes a fait son entrée pour couvrir les jeux qui se tiendront du 27 juillet au 12 août — les rares détails grapillés par ci, par là sont devenus un véritable fleuve d'informations en lien avec les cérémonies d'ouverture (estimées à 42 millions $US).

Ces fuites sont devenues trop importantes pour Coe, qui a tweeté: «Partagez la frustration des artistes et du public aux cérémonies d'ouverture, qui sont mis au parfum de manière non-officielle. Il faut (carré)sauverlasurprise.»

Son message est toutefois tombé dans l'oreille d'un sourd. D'autres informations ont été coulées.