Vingt-cinq voiliers ont franchi la ligne de départ de la 8e édition de la Transat Québec-Saint-Malo sur le Saint-Laurent, une course où s'affrontent monocoques et trimarans pour cette traversée de l'océan Atlantique d'ouest en est, dimanche.

Les Class40 (monocoques de 12,19 m de long) ont franchi la ligne de départ aux pieds des ponts qui enjambent le fleuve Saint-Laurent à 11 h 20 sous un ciel ensoleillé et portés par un vent de sud-ouest de 8 à 13 noeuds (entre 15 et 24 km/h).

Quinze minutes plus tard, les voiliers de la Classe Open (2 monocoques et 3 multicoques de plus de 15 m) sont partis à leur tour pour un périple de neuf jours au moins.

Hormis les courants, la course de 2965 milles (environ 5500 km) réserve de nombreuses difficultés. Pendant les 376 premiers milles (environ 696 km), la navigation sur le Saint-Laurent va contraindre les concurrents à manoeuvrer entre les bancs de sable, le trafic fluvial intense, des débris marins et les baleines.

Une dizaine de nationalités sont représentées avec des voiliers battant pavillon français, belge, allemand, italien et québécois.

Parmi les concurrents, les deux Français, Erwan Le Roux (FenêtréA Cardinal 3) et Eric Nigon (Vers un monde sans SIDA), ont pris la barre de trimarans Multi50 (de 15,2m de long).

En Class40, l'Allemand Jörg Riechers, vainqueur de l'Atlantic Cup en juin, est le favori.Le record de la Transat toutes classes confondues est détenu par le Français Loïc Peyron, qui avait relié Québec à Saint-Malo en 7 jours, 20 heures, 24 minutes à la barre d'un trimaran en 1996.

La transat Québec Saint-Malo a lieu tous les quatre ans depuis 1984.

Loading Slideshow...
  • Transat Québec-Saint-Malo

  • Transat Québec-Saint-Malo

  • Transat Québec-Saint-Malo

  • Transat Québec-Saint-Malo

  • Transat Québec-Saint-Malo

  • Transat Québec-Saint-Malo

  • Transat Québec-Saint-Malo