Huffpost Canada Quebec qc

«Starbuck» reprend des couleurs en France (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
PATRICK HUARD
Patrick Huard dans le film Starbuck. (Capture d'écran) | Capture d'ecran

PARIS - Un excellent bouche-à-oreille — et sans doute un peu le mauvais temps qui pousse le public parisien vers les salles obscures — redonnent des couleurs à la carrière française de «Starbuck».

Accueilli par une critique globalement flatteuse, le film de Ken Scott avait connu des débuts en demi-teinte. Mais après trois semaines d’exploitation, il a franchi la barre fatidique des 200 000 spectateurs, engrangeant près de 212 200 entrées à travers le pays.

Ce n’est pas un triomphe, ni un gros succès commercial compte tenu de l’ampleur de la sortie (avec 189 salles et une grosse campagne de promotion à la clé), mais on dépasse largement désormais le simple succès d’estime.

«Starbuck» sauve l’honneur, en somme, et peut espérer aller un peu plus loin encore grâce à une rumeur favorable et apparemment porteuse. Ce «buzz» s’exprime notamment à travers les commentaires de spectateurs conquis, qui parlent sur les sites de cinéma d’un film étonnant, d’une pépite, d’un bijou.

S’il parvient à s’installer dans la durée tout au long des vacances estivales, «Starbuck» peut peut-être espérer se rapprocher des 300 000 entrées.

Son distributeur Diaphana miserait de son coté sur 400 000 spectateurs, indique-t-on, ce qui serait, au final, une belle surprise et un joli succès. En 2003, «La Grande séduction» (dont Ken Scott avait signé le scénario) avait attiré un demi-million de spectateurs français.

Lors de sa sortie, «Starbuck» avait eu droit à une critique abondante et élogieuse, y compris dans la presse intello et sérieuse, comme Télérama, L’Express ou Le Point.

Quelques fausses notes s’étaient fait entendre du côté de Libération, du Figaro et du Monde, qui avaient sévèrement jugé cette comédie «pataude et faussement trash».

Certains prédisaient que le long métrage québécois serait la «comédie surprise» de l’été. Le titre pourrait plutôt revenir au film «Les Kaïra» («racailles» en verlan), qui raconte les aventures de trois jeunes de banlieue partant tenter une carrière de stars du porno à Hollywood. Bien accueillie elle aussi par l’ensemble de la critique, la comédie devrait dépasser le million d’entrées.

EN VIDÉO: