POLÉMIQUE - Au lendemain de l'incident de séance à l'Assemblée nationale qui a vu la ministre du Logement Cécile Duflot sifflée par des députés UMP parce qu'elle portait une robe, les élus de droite ont décidément bien du mal à expliquer un tel comportement.

Comme le révélait mardi soir Le Huffington Post, c'est au moment où la jeune ministre a pris la parole pour répondre à une question du député centriste Jean-Christophe Fromantin que sa robe blanche à motifs bleus lui a attiré les quolibets d'une partie non identifiée des rangs UMP.


Cécile Duflot huée par les députés UMP par LeHuffPost


A gauche comme au centre, plusieurs élus se sont émus de la tournure de l'incident. A commencer par Jean-Christophe Fromantin, auteur de la question qui précéda l'incident.


A droite, silence total ou presque. Chez les rares qui daignent commenter l'incident, plusieurs stratégies de défense s'affrontent.


RECONNAÎTRE SES TORTS MAIS MINIMISER

C'est l'option qu'a retenue l'ancien ministre et député UMP de Haute-Loire Laurent Wauquiez. Invité ce mercredi 18 juillet sur France Info, le lieutenant de François Fillon s'est clairement démarqué de ses petits camarades, affirmant n'avoir pas participé au chahut. "Cela n'est pas du tout mon genre. Je le dis simplement mais clairement", a-il répondu, avant de juger ce "moment pas très glorieux".

Pas question pour autant de parler de machisme. "Il y aurait eu le même type de chahutage (sic) si un homme avait porté une cravate fluo orange", a dédramatisé Laurent Wauquiez.


Laurent Wauquiez : "Ce n'est pas un bouclier... par FranceInfo


ASSUMER TOUT ET, SI POSSIBLE, RÉCIDIVER

D'autres n'ont pas la même délicatesse. Interrogé par Le Figaro, Patrick Balkany assume totalement ce qui s'est déroulé mardi dans l'hémicycle. "Nous n'avons pas hué ni sifflé Cécile Duflot, nous avons admiré", raconte le député-maire de Levallois au quotidien conservateur. "Tout le monde était étonné de la voir en robe. Elle a manifestement changé de look, et si elle ne veut pas qu'on s'y intéresse, elle peut ne pas changer de look. D'ailleurs, peut-être avait-elle mis cette robe pour ne pas qu'on écoute ce qu'elle avait à dire", conclut l'élu, décidément en verve.

"Enfin, on peut regarder une femme avec intérêt sans que ce soit du machisme", se défend Patrick Balkany, renvoyant à d'autres cas de députés houspillés pour leurs tenues vestimentaires.