INTERNET - Le pionnier du Web Yahoo a annoncé lundi la nomination de Marissa Mayer au poste de PDG de la multinationale. Cette figure dominante de Google prend son nouveau poste sans traîner, ce mardi 17 juillet. La nomination de la première femme employée chez Google en 1999, un an après la création de l'entreprise, est une prise de choix, inespérée pour Yahoo.

Cette annonce a d'ailleurs surpris la plupart des analystes, qui ne pensaient pas que Marissa Mayer envisageait de quitter Google, après 13 ans de bons et loyaux services. Elle rejoint en tout cas avec sa nomination le cercle restreint des femmes dirigeantes de grandes entreprises High-Tech, avec avec Meg Whitman (Hewlett-Packard), Ginni Rometty (IBM) et Ursula Burns (Xerox), note Challenges.

La première PDG d'une grande entreprise en congé maternité ?

Il faut dire que Marissa Mayer n'était pas n'importe quel vice-président de Google, et ne devrait pas être un PDG comme les autres chez Yahoo. La preuve: le jour même de sa nomination, Marissa Mayer annonce, d'abord à Fortune, puis directement sur Twitter, qu'elle est enceinte:

Techcrunch se demande même si cela ne ferait pas d'elle la première PDG d'une des plus grandes entreprises de technologie au monde en congé maternité. La réponse semble être "oui", pour l'instant, car même si plusieurs (rares) femmes ont été à la tête de grands groupes dans le domaine de la High-Tech, une femme ayant la trentaine est encore plus rare (elle a fêté ses 37 ans le 30 mai dernier).

Mais ce n'est qu'une anecdote, la partie émergée de l'iceberg. Au fond, c'est la personnalité et le parcours de Marissa Mayer qui la rend atypique et qui porte certains analystes à penser qu'elle peut encore redorer le blason de ce pionnier moribond qu'est devenu Yahoo (lire à ce propos notre encadré en fin d'article).

Une geek chez Google, qui sait concilier informatique et design

Diplômée en intelligence artificielle, elle est la vingtième personne et la première femme à rejoindre Google en tant qu'ingénieur. En 13 ans, elle est devenue l'une de ses voix les plus éminentes, note Le Guardian. Marissa Mayer est à l'origine de bons nombres des services les plus célèbres de Google, comme Google maps, Gmail, Google actualités... au total, elle a participé à la création de plus de 100 services. Excusez du peu.

Son surnom ? La "Googirl". Mais cela ne fait pas de différence, disait-elle à CNN en avril: "je ne suis pas une femme chez Google, je suis une geek chez Google. Si vous trouvez quelque chose qui vous passionne vraiment, alors que vous soyez un homme ou une femme ne pèse plus grand chose dans la balance. La passion est une force qui neutralise les différences de genre", affirme-t-elle, philosophe.

Un sens du design qui manquait à Google

Par ailleurs, analyse le New York Times, Marissa Mayer possède une chose qui manquait à ses pairs lors des premiers jours de Google: "un sens aigu du style et du design". Son truc, c'était les blocs de couleurs sur fond blanc. Cela ne vous dit rien? Et oui, cela colle parfaitement avec la fameuse page d'accueil de Google. Blanche, épurée, minimaliste, avec un logo bleu vif, rouge, jaune et vert, conçue pour être chargée rapidement et se focaliser sur le service rendu à l'internaute. Une page qui ressemble en fait à sa maison d'enfance, dans le Wisconsin, ou à son appartement de San Francisco.

"À l'époque, les gens qui venaient dans mon appartement me disaient : 'Est-ce votre appartement qui ressemble à Google ou est-ce Google qui ressemble à votre appartement ?'", raconte-elle au quotidien.

La force de Marissa Mayer est peut-être ici : le fait de ne pas être un stéréotype, comme elle le racontait à CNN, en reprenant le cliché classique du hacker, avec ses lunettes en cul de bouteille: "Vous pouvez être bon en technologie et aimer la mode et l'art, être un sportif ou être une mère", prophétisait-elle.

Marissa Mayer arrivera-t-elle à réitérer l'exploit chez Yahoo ? Réponse dans quelques mois. Quoi qu'il arrive, son nom devrait continuer à compter dans l'économie américaine: Marissa Mayer a aussi été nommée il y a trois mois au conseil d'administration de Wal-Mart, le géant de la grande distribution.

Sauver Yahoo, le pari difficile de Marissa Mayer

Si cette nomination la propulse à la tête d'un des pionniers du Web, la décision de Marissa Mayer a surpris de nombreux analystes. Car en rentrant chez Yahoo, elle succède à pas moins de 5 PDG en moins de 5 ans, le dernier ayant été remercié suite à une polémique concernant un CV bidonné.

De fait, Yahoo, qui dominait auparavant la publicité display (bannières, etc) est en chute libre. En 2008, alors que Microsoft proposait de racheter l'entreprise pour 44,6 milliards de dollars, Yahoo détenait 18,4% du marché publicitaire. Aujourd'hui, alors que Google et Facebook se partagent respectivement 16,5% et 16,8% de ce marché. Yahoo a dégringolé à 9,1% et ne vaut plus que 19 milliards de dollars.

Mais le portail de la société reste fréquenté par plus de 700 millions d'utilisateurs par mois. Reste à voir ce que Marissa Mayer fera de cette audience. Au vu de son parcours chez Google, on peut espérer que la page d'accueil de Yahoo sera allégée et clarifiée sous peu.

À LIRE AUSSI:

» Yahoo! abandonnerait la recherche en ligne

» Même le DG de Yahoo bidonne son CV. Et vous?

» Yahoo! supprime 2000 emplois