Une pratique plutôt inusitée chez les combattants islamistes fait rigoler les internautes au Maroc et ailleurs dans le monde arabe.

Dans une vidéo de 2010 mise en ligne sur YouTube, un animateur de Fadak, une chaîne télévisée chiite basée à Londres, lit un échange en arabe entre un djihadiste et un cheikh wahhabite, selon le site Demain.

Le cheik Abu al-Dema al-Qasab informe les djihadistes d'une nouvelle technique pour réaliser des attentats suicides, cacher une bombe dans son postérieur, selon une traduction du Think Tank américain Gatestone. «Toutefois, pour réaliser cette approche djihadiste, vous devez accepter de vous faire sodomiser quelques fois pour élargir votre anus afin de pouvoir y insérer les explosifs», poursuit le cheik.

Un autre participant au forum demande ensuite s'il est permis par la loi coranique d'être sodomisé si l'intention est pure.
Le cheik confirme à l'homme que la sodomie est prohibée par l'Islam, mais permise dans le cadre du djihad. «[...] le djihad passe avant tout, puisque c'est l'apogée de l'Islam, et si l'apogée de l'Islam peut seulement être atteint à travers la sodomie, alors il n'y a pas de mal à le faire», répond le cheik.

La dissimulation d'un explosif dans le rectum a déjà été utilisée dansle passé par des djihadistes. En 2009, Abdullah Hassan al-Aseery a utilisé cette tactique insolite lors de son attentat raté contre un prince saoudien. Le prince Muhammad bin Nayef s'était éloigné juste avant l'explosion, après avoir reçu un appel opportun sur son téléphone cellulaire.

Il semble toutefois que l'attentat aurait échoué de toute façon, puisque le corps du kamikaze a absorbé une grande partie de l'explosion.

C'est pour cette raison, semble-t-il, que le kamikaze Umar Farouk Abdulmutallab a plutôt caché la bombe dans ses sous-vêtements lors de l'attentat raté du vol Amsterdam-Détroit en décembre 2009.