DIVERTISSEMENT

Marie-Lise Pilote est poursuivie par Zinc Productions

09/07/2012 12:34 EDT | Actualisé 08/09/2012 05:12 EDT
Bum

(bum) Selon Guy Laforce, président de Zinc Productions, les allégations de Marie-Lise Pilote, qui revient sur les clauses d'un contrat signé il y a un an et demi, sont irrecevables.

La compagnie, qui a déjà fourni beaucoup d'efforts à la conception du spectacle de retour de l'humoriste, refuse de lâcher le morceau.

L'objet de la poursuite, déposée à la Cour supérieure du Québec, se base sur la «résiliation abusive et non fondée» du contrat, en plus de «propos diffamatoires» et «atteinte grave à la réputation de Zinc.» Alors qu'ils ont investi un peu plus de 181 000 $, Guy Laforce réclame 1,15 million à Marie-Lise Pilote.

Le spectacle, intitulé Marie-Lise, réconfortante, mais... pas reposante, annonçait le retour de l'humoriste après 13 ans d'absence sur la scène. La signature du contrat remonte à octobre 2010. Guy Laforce se défend en indiquant que Marie-Lise Pilote n'est plus en accord avec le partage des recettes, mais a attendu un an et demi pour faire valoir son point.

Quant à Marie-Lise Pilote, sans commenter la poursuite, elle a expliqué aux médias: «J'ai effectivement choisi de mettre fin à mon association avec Zinc, mais je ne peux pas vous donner les raisons maintenant. Vous pouvez appeler Aerosmith ou Céline Dion ou Gilles Vigneault, qui ont travaillé avec M. Laforce, pour mieux comprendre. J'étais emballée lors du lancement du spectacle, mais il semble qu'il y a des choses que je n'avais pas encore découvertes».

Guy Laforce se dit très heureux d'intenter cette poursuite, plutôt que de se faire justice lui-même. Il a expliqué, non sans sarcasme: «...Je lui souhaite beaucoup de succès. Plus ça va marcher, plus ça va lui faire d'argent pour payer ce qu'elle me doit!»

Marie-Lise Pilote, qui est désormais produite par Entourage, contestera vigoureusement la requête de Zinc Productions.