Huffpost Canada Quebec qc

Manifestations étudiantes: une nouvelle journée de manifestations de la CLASSE le 22 juillet

Publication: Mis à jour:
QUEBEC STUDENT PROTEST
Une étudiante qui manifeste à Montréal. | Getty Images

La Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) organise une nouvelle journée de manifestations le 22 juillet pour contester l'augmentation des droits de scolarité décrétée par le gouvernement Charest.

Des rassemblements sont prévus dans plusieurs villes du Québec, annonce le syndicat étudiant sur sa page Facebook. À Montréal, le rendez-vous est donné à 14 h à la place Émilie-Gamelin, à Montréal.

La CLASSE a pris organisé une première grande manifestation le 22 mars dernier, et a récidivé le 22 mai et le 22 juin. Elle s'était aussi jointe au grand rassemblement du Jour de la Terre du 22 avril.

À l'aube de possibles élections, la CLASSE inscrit son action dans un mouvement qui dépasse la stricte opposition à l'augmentation des droits de scolarité et à la loi 78, adoptée par le gouvernement pour mettre un terme à la longue grève du printemps dernier.

« Augmentation des frais de scolarité, tarification graduelle des services publics, privatisation graduelle de l'État... tout cela pour les bénéfices d'une minorité bien engraissée. Le gouvernement libéral de Jean Charest est le dernier de cette lignée », note-t-elle sur sa page Facebook.

La CLASSE représente plus de 100 000 étudiants collégiaux et universitaires du Québec.

Sur le web

Bloquons la hausse

Manifestations étudiantes à Québec | Québec | Radio-Canada.ca

Manifestations Etudiantes

Classe Manifestations Etudiantes

Manifestation Etudiante

Québec : les manifestations étudiantes tournent à la... - Vidéo ...

Québec : les manifestations étudiantes tournent à la désobéissance ...

Manifestations étudiantes : le salut nazi doit cesser, disent des groupes juifs

Manifestations étudiantes au Québec : de «l'enfant-roi» au porteur du rêve

Deux grandes manifestations à Montréal et Québec

Conflit étudiant dans les médias: trop d'opinions, pas assez d'analyses