L'acteur américain Ernest Borgnine, lauréat d'un Oscar en 1955, est décédé (PHOTOS)

Publication: Mis à jour:
ERNEST BORGNINE DEAD
AP

LOS ANGELES, États-Unis - Ernest Borgnine, la corpulente vedette de cinéma connue pour ses rôles de vilains qui a toutefois remporté l'Oscar du meilleur acteur en 1956 pour sa prestation du boucher timide en mal d'amour du film «Marty», est décédé dimanche à l'âge de 95 ans.

Son relationniste de longue date, Harry Flynn, a déclaré à l'Associated Press que le comédien, de son vrai nom Ermes Efron Borgnino, avait succombé à une insuffisance rénale au Centre médical Cedars-Sinai entouré de sa femme et de ses deux filles.

Né le 24 janvier 1917 au Connecticut de parents italiens, M. Borgnine, qui a séduit toute une génération de téléspectateurs dans les années 1960 dans la comédie «McHale's Navy», a d'abord attiré l'attention du public au début des années 1950 en jouant des personnages de brutes, dont le méchant Fatso Judson qui bat à mort Frank Sinatra dans «From Here to Eternity».

C'est alors que survient «Marty», un film à petit budget basé sur un téléthéâtre écrit par Paddy Chayefsky mettant en vedette Rod Steiger. Ernest Borgnine y incarne un homme de 34 ans qui craint de ne jamais pouvoir trouver l'amour en raison de son physique et de sa personnalité qu'il estime sans charme. Mais à une soirée dansante, il rencontre une fille qui a la même crainte que lui.

La prose réaliste de M. Chayesky et la réalisation sensible de Delbert Mann étonnent les cinéphiles, habitués aux histoires heureuses de Hollywood.

L'interprétation de M. Borgnine lui vaut non seulement un Oscar, mais aussi des prix du Festival de Cannes, des New York Critics et du National Board of Review.

«L'Oscar a fait de moi une star et j'en suis reconnaissant», a déclaré l'acteur dans une entrevue en 1966. «Mais j'ai le sentiment que, si je n'avais pas gagné l'Oscar, je n'aurais pas connu autant d'échecs dans ma vie personnelle.»

Parmi ces échecs figurent quatre mariages ratés, dont un en 1964 avec la chanteuse Ethel Merman qui a duré moins de six semaines. Le cinquième avec la Norvégienne Tova Traesnaes, qu'Ernest Borgnine a épousée en 1973, s'est toutefois révélé le bon.

Le couple a également développé un partenariat d'affaires intéressant puisque Mme Traesnaes, qui fabrique et vend ses propres produits de beauté sous le nom de Tova, a souvent utilisé le visage de son mari pour ses publicités.

Même avant que «Marty» ne fasse de lui une vedette, M. Borgnine ne manquait pas de travail. Après «From Here to Eternity», il s'est fait proposer régulièrement des personnages de vilains, notamment dans «Bad Day at Black Rock», «Johnny Guitar», «Demetrius and the Gladiators» et «Vera Cruz».

Le réalisateur Nick Ray lui a alors conseillé de s'éloigner de Hollywood sous peine d'être condamné à toujours jouer le même rôle, mais l'Oscar a permis à l'acteur d'assurer sa carrière.

Ernest Borgnine a donné la réplique à Bette Davis dans un autre film inspiré d'un téléthéâtre de Paddy Chayefsky, «The Catered Affair», qui est demeuré l'un de ses préférés. Le long métrage raconte l'histoire d'un chauffeur de taxi new-yorkais qui se dispute avec sa femme au sujet des dépenses pour le mariage de leur fille.

Les producteurs ont cependant continué à lui offrir des rôles dans des films d'action comme «Three Bad Men», «The Vikings», «Torpedo Run», «Barabbas», «The Dirty Dozen» et «The Wild Bunch».

M. Borgnine a ensuite passé avec succès du grand au petit écran grâce à la comédie «McHale's Navy», pour laquelle il pu tirer parti de ses 10 années dans la marine américaine.

De 1962 à 1966, il a interprété McHale, le commandant d'un torpilleur durant la Deuxième Guerre mondiale passé maître dans l'art de tromper son supérieur, le capitaine Binghamton, joué par le défunt Joe Flynn.

Durant cette période, Ernest Borgnine a aussi participé à de nombreux films , dont la version cinématographique de «McHale's Navy», «Ice Station Zebra», «The Avdenturers», «Willard», «The Poseidon Adventure», «The Greatest» (dans lequel il incarne le gérant de Muhammad Ali), «Convoy», «Ravagers», «Escape from New York» et «Mistress».

Plus récemment, l'acteur a interprété le portier d'un immeuble à logements dans la comédie de situation «The Single Guy» à NBC et prêté sa voix à Mermaid Man dans la télésérie animée «SpongeBob SquarePants».

Durant une entrevue donnée à l'occasion de son 90e anniversaire en 2007, M. Borgnine avait révélé qu'il voulait continuer à jouer, mais que les dirigeants des studios passaient leur temps à se demander s'il était encore vivant.

«Je veux seulement travailler davantage», avait-il confié. «Chaque fois que je me retrouve devant la caméra, je me sens jeune de nouveau.»

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Mort d'Ernest Borgnine
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Ernest Borgnine - Wikipédia

Biographie de Ernest Borgnine (naissance, décès, infos)

La mort d'Ernest Borgnine, un "dur" du cinéma américain - France Info

Ernest BORGNINE - Monsieur-Biographie.com

Ernest Borgnine (1917-2012) goes to Eternity