Cela n’est pas toujours simple que d’être le fils de Leonard Cohen, que d’être entouré de la famille Wainright…pas facile de faire partie d’une industrie familiale ! Une vraie dynastie du folk ! Ce soir, Adam Cohen a rendu un fier hommage à sa famille. L’artiste, né à Montréal, s’est vraiment mis à nu pour ses fans, tout comme il le fait sur son dernier disque Like a man. Sincère, serein, c’est Adam Cohen, l’homme après la tourmente que l’on a pu voir au Métropolis dans le cadre de la 33e édition du Festival international de jazz de Montréal.

«Tout a changé, affirme-t-il. Il ne s'agit plus pour moi de vouloir être une star, de chercher les applaudissements, de courir après les femmes ou le fric, mais plutôt de rendre hommage à la tradition dans laquelle j'ai été élevé, de montrer à quel point j'appartiens à une entreprise familiale.», avait-il confié en entrevue au Huffington Post Québec plus tôt cette semaine. C’est ce que le public a pu constater à le voir aller sur les planches du Métropolis. Il a longtemps porté le fardeau d’être le fils, souhaiter se démarquer en vain. Maintenant, il accepte, il est sobre et ses mélodies le sont tout autant.

Vêtu d’une chemise blanche décontractée, le charmeur a débuté sa prestation par Lies Alone. Dès qu’il a ensuite ouvert la bouche pour adresser quelques mots au public; «Bonsoir, vous allez bien?», on voyait déjà le regard fondant des femmes à son égard! «Oh mon dieu!», criait l’une d’entres elles! La majorité des pièces interprétées ce soir faisaient partie de son dernier offert paru à l’automne 2011, entre autres Sweet Dominique, Matchbox, What Other guy et Stranger.

En duo avec Marilou

Adam Cohen ne pouvait pas mieux présenter son invitée…en confondant le public au maximum! Racontant la fausse histoire d’une «folle qui traverse un terrain de football», pour qui il serait tombé sous le charme en raison de sa trop grande beauté! «J’ai demandé à mon agent de contacter la folle!» Rien de cette aventure ne pouvait se coller à la peau de Marilou! Bref, ces plaisanteries ont fait bien rire les fans et personne n’aurait pu croire que la jeune chanteuse monterait sur scène pour interpréter un titre de son père, Hey, That’s no way to say goodbye, l’un des bons moments de cette soirée.

«Je ne pensais pas qu’il allait sortir»

Faisant référence à son plus récent opus, Cohen s’est largement confié ce soir. «Ce dernier album est incroyablement important pour moi. Je ne pensais pas qu’il allait sortir», a-t-il lancé à la foule…avant de raconter la première écoute que son père a fait de l’album. Il a ensuite «voulu» lancer Like a man, la pièce préférée de Leonard.

S’emportant encore à droite et à gauche, Adam Cohen divaguait avant de débuter la pièce. Blaguant sur l’humidité présente qui faisait friser ses cheveux, l’auteur-compositeur-interprète n’arrivait plus à lancer la mélodie. «Pas facile de chanter une chanson émotionnelle après une blague comme ça» ! Il en a été ainsi toute la soirée ! Adam Cohen faisait sourire entre les chansons, puis nous permettait de rêver pendant ses interprétations.

Certes, Adam Cohen ne réinvente pas la roue avec sa musique. Par contre, ce qu’il fait, il le fait minutieusement bien et ce soir, il a partagé avec grande authenticité son âme de Cohen.

Première partie : Dawn Tyler Watson et Paul Deslauriers

Des habitués du Festival de jazz ont ouvert la soirée au Métropolis. Dawn Tyler Watson et Paul Deslauriers étaient tellement naturels sur scène que l’on aurait cru être assis dans leur bus de tournée en train de les regarder «jammer» ! Les deux artistes s’écoutent énormément, chacun laissant à l’autre l’opportunité de s’envoler, Paul avec sa guitare, Dawn avec sa voix. Les longs solos blues de Paul ont été chaudement applaudis et la puissante interprétation de la pièce Ne me quitte pas (Jacques Brel) par Dawn en fin de prestation a vraiment rejoint la salle.

EN IMAGES:

Loading Slideshow...
  • Festival international de jazz de Montréal: 4 juillet 2012

    Adam Cohen (Crédit photo: Marc Young)

  • Festival international de jazz de Montréal: 4 juillet 2012

    Adam Cohen (Crédit photo: Marc Young)

  • Festival international de jazz de Montréal: 4 juillet 2012

    Adam Cohen (Crédit photo: Marc Young)

  • Festival international de jazz de Montréal: 4 juillet 2012

    Adam Cohen (Crédit photo: Marc Young)

  • Festival international de jazz de Montréal: 4 juillet 2012

    Adam Cohen (Crédit photo: Marc Young)

  • Festival international de jazz de Montréal: 4 juillet 2012

    Adam Cohen (Crédit photo: Marc Young)

  • Festival international de jazz de Montréal: 4 juillet 2012

    Adam Cohen (Crédit photo: Marc Young)

  • Festival international de jazz de Montréal: 4 juillet 2012

    Adam Cohen (Crédit photo: Marc Young)

  • Festival international de jazz de Montréal: 4 juillet 2012

    Adam Cohen (Crédit photo: Marc Young)

  • Festival international de jazz de Montréal: 4 juillet 2012

    (Crédit photo: Marc Young)

  • Festival international de jazz de Montréal: 4 juillet 2012

    (Crédit photo: Marc Young)

  • Festival international de jazz de Montréal: 4 juillet 2012

    (Crédit photo: Marc Young)

  • Festival international de jazz de Montréal: 4 juillet 2012

    Bob Harrisson (Crédit photo: Marc Young)

  • Festival international de jazz de Montréal: 4 juillet 2012

    Bob Harrisson (Crédit photo: Marc Young)

  • Festival international de jazz de Montréal: 4 juillet 2012

    Bob Harrisson (Crédit photo: Marc Young)

  • Festival international de jazz de Montréal: 4 juillet 2012

    Loney Dear (Crédit photo: Marc Young)

  • Festival international de jazz de Montréal: 4 juillet 2012

    Patrick Watson (Crédit photo: Marc Young)

  • Festival international de jazz de Montréal: 4 juillet 2012

    Patrick Watson (Crédit photo: Marc Young)

  • Festival international de jazz de Montréal: 4 juillet 2012

    Patrick Watson (Crédit photo: Marc Young)

  • Festival international de jazz de Montréal: 4 juillet 2012

    Patrick Watson (Crédit photo: Marc Young)

  • Festival international de jazz de Montréal: 4 juillet 2012

    Patrick Watson (Crédit photo: Marc Young)

  • Festival international de jazz de Montréal: 4 juillet 2012

    Patrick Watson (Crédit photo: Marc Young)

  • Festival international de jazz de Montréal: 4 juillet 2012

    L'orchestre Poly-Rythmo (Crédit photo: Marc Young)

  • Festival international de jazz de Montréal: 4 juillet 2012

    L'orchestre Poly-Rythmo (Crédit photo: Marc Young)

  • Festival international de jazz de Montréal: 4 juillet 2012

    L'orchestre Poly-Rythmo (Crédit photo: Marc Young)

  • Festival international de jazz de Montréal: 4 juillet 2012

    L'orchestre Poly-Rythmo (Crédit photo: Marc Young)

  • Festival international de jazz de Montréal: 4 juillet 2012

    L'orchestre Poly-Rythmo (Crédit photo: Marc Young)