Huffpost Canada Quebec qc

Carré rouge: un délégué belge dit avoir été intimidé par un garde du corps de Charest

Publication: Mis à jour:
JEAN CHAREST
Getty Images

Alors que le Québec a invité les pays de la Francophonie à venir discuter de l'avenir de la langue de Molière à Québec, un jeune délégué belge affirme s'être fait rabrouer par un garde du corps du premier ministre Jean Charest.

Thomas Prédour participe au premier Forum mondial de la langue française, qui se tient du 2 au 6 juillet dans la Vieille Capitale. Directeur d'un centre culturel en Belgique, l'homme de 30 ans participe à la délégation suite à un concours de rédaction française.

Le jeune homme et un autre délégué belge, Mathias Bressan, ont distribué lundi des carrés rouges aux participants du forum en guise de solidarité avec les étudiants québécois en grève. Ils ont également rencontré la porte-parole de la Fédération étudiante collégiale du Québec, Éliane Laberge.

En soirée, les deux délégués ont tenté d'approcher Jean Charest lors d'un événement au Palais des congrès. Mathias Bressan a d'abord approché le premier ministre afin de lui remettre un carré rouge. Un garde du corps l'en a empêché.

Thomas Prédour a ensuite enlevé son carré rouge pour approcher à son tour le premier ministre. «J'avais le point de vue des étudiants sur le conflit, je voulais avoir celui du premier ministre», explique-t-il.

C'est à ce moment qu'un garde du corps de Jean Charest lui aurait dit: «Tu fais partie des rouges. Si tu fais un pas de plus, je te mets les bracelets, je te sors du congrès et tu verras ce que c'est le Québec.»

Selon lui, de nombreux autres invités ont pu discuter avec Jean Charest au cours de la soirée.

Thomas Prédour, qui précise qu'il ne s'exprime pas au nom de sa délégation, affirme avoir été choqué par cette rebuffade. «Utiliser de telles menaces n'est pas digne d'un État qui se dit démocratique», dit-il.

Il estime qu'en Belgique le premier ministre est beaucoup plus accessible.

Pour Thomas Prédour, cette fermeture de l'entourage de Jean Charest n'augure rien de bon pour le conflit étudiant, qui est présentement dans une impasse. «Ça démontre la difficulté à établir un dialogue, dit-il. Pour régler un conflit, il faut pouvoir s'asseoir et discuter.»

L'attaché-presse du premier ministre, Hugo D'Amours, s'est dit surpris par les propos du délégué belge. «J'étais aux côtés de M. Charest toute la soirée et je n'ai eu aucune connaissance de cet incident», dit-il. Dans les circonstances, Hugo D'Amours n'a pas souhaité commenter les propos rapportés par Thomas Prédour.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Manif de la CLASSE du 2 juin
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Des Belges distribuent des carrés rouges | Annie Mathieu | Forum ...