Il est surtout connu des Québécois pour son rôle de l'ami pervers qui envoie le texto «B*ise-laaaaaaaa. Avec huit A. Très exactement» dans la série de programmes courts Bref. Mais Kheiron est également un humoriste à l'humour acide. Il sera bientôt en spectacle à Montréal dans le cadre du Zoofest et de Festimania, en marge du Festival Juste pour rire. Le Huffington Post Québec en a profité pour lui parler de la série à succès dont la fin a été annoncée vendredi matin.

Après son lancement l'automne dernier, la série Bref a connu un succès viral instantané sur le Web. D'abord diffusée dans le cadre de l'émission Le grand journal, sur les ondes de la chaîne française Canal+, Bref met en scène la vie banale d'un trentenaire. La série se démarque par son montage cadencé et ses observations sur la vie quotidienne. Après seulement une saison, les créateurs de Bref ont décidé de tirer leur révérence. Ils affirment vouloir éviter le piège de «la saison de trop». Ainsi, Bref sera demeurée fidèle à son concept et aura connu un succès aussi rapide que bref. Les deux derniers épisodes seront diffusés le 12 juillet prochain.

Malheureusement, le public québécois n'a plus accès aux vidéos de la série sur le site Web de Canal+ depuis plusieurs semaines. Les internautes les plus débrouillards ont toutefois retrouvé la série sur des sites de partage.

Avez-vous été surpris par l'annonce ce vendredi de la fin de la série Bref, qui connaissait un succès phénoménal sur le Web?

Non, les créateurs de Bref [NDLR: Kyan Khojandi et Bruno Muschio] nous avaient prévenus depuis plus d'un mois. Mais je leur fais confiance. S'ils ont jugé qu'il était temps de mettre fin à l'aventure, c'était probablement la bonne chose à faire.

Votre personnage de l'ami pervers a beaucoup marqué le public. D'où vous est venue l'inspiration pour créer le Kheiron de Bref?

Kyan et Bruno sont des amis et ils savent que j'ai beaucoup dragué quand j'étais plus jeune. J'étais celui qui poussait les amis du groupe à aller voir les filles. On ne le croirait pas, mais les humoristes sont souvent très timides. Alors, ils ont pris cet aspect de ma personnalité et en ont fait un personnage. Évidemment, c'est uniquement une facette de ma personnalité, mais je ne suis pas aussi lourd dans la vraie vie.

Peut-on espérer un nouveau projet par l'équipe de Bref?

Au départ, Bref est une aventure entre potes. On se connaît tous depuis longtemps. Alors, oui, nous ferons probablement de nouveaux projets ensemble. Ce sera peut-être sous l'étiquette de Bref, ou sous une autre formule. Que ce soit un film, une BD ou un livre de recettes à la sauce Bref, on sera là.

Le spectacle que vous présenterez à Montréal s'intitule Libre éducation. Est-ce qu'il s'inspire de votre ancien travail d'éducateur?

Oui. J'ai été éducateur dans les collèges. Je m'occupais des jeunes qui étaient expulsés de leurs cours. Je devais gérer les
discussions de groupe. Ça m'a appris à écouter et à observer. Je m'en sers en spectacle pour laisser beaucoup de place à l'improvisation et interagir avec le public. J'ai environ 40 minutes de texte écrit en spectacle. Ensuite, j'aime improviser avec le public pour créer quelque chose d'unique et d'instantané. Si je devais me répéter soir après soir, je m'ennuierais.

Comment décririez-vous votre type d'humour?

Je suis très honnête sur scène. Tout ce que je raconte m'est réellement arrivé. Parfois, ce sont des trucs humiliants, mais c'est très libérateur de les raconter en public. Sinon, je n'ai pas de thèmes précis dans mon show. Je le décris comme un combat de boxe où je vous envoie blague sur blague. Mon but est que vous ayez mal aux joues en sortant.

Quels sont vos humoristes québécois préférés?

J'aime beaucoup Pierre Légaré. Ce mec me fait trop rire. Il n'est pas très connu du public français, mais il est très imité par les humoristes ici. J'aime ce style un peu figé avec des blagues faites seulement d'une question comme: «Si Miss France représente la France, Miss Univers, elle représente quoi?». Je me suis beaucoup inspiré de cet humoriste.

Sinon, j'ai adoré le premier spectacle d'Anthony Kavanagh. Il peut à la fois chanter et faire de l'humour, mais le tout est bien dosé. On ne sent pas qu'il essaie d'épater la galerie. Également, j'aime beaucoup Sugar Sammy. J'aime ce personnage pédant qui balance des énormités.

Vous êtes récemment divorcé. Avec votre réputation de dragueur, les Québécois devraient-ils avoir peur de votre arrivée?

(Rires) Non, non. Les Québécois n'ont rien à craindre. Je serai gentil.

Le spectacle Libre éducation sera présenté du 9 au 13 juillet aux Katacombes.

Loading Slideshow...
  • bref.

  • Tété Off | Tete

  • Cynthia s'interroge

  • liam's heart.

  • Aewni

  • El Shabaaz

  • De Ravinel Quentin

  • Nathan van STRAATEN

  • Om Sweet Om

  • clara dn

  • léa

  • François - Habjas

  • Brandon Fabìano

  • El Shabaaz

  • Aure Lianna

  • Je Follow Back 100%

  • Jérémy Tilah

  • notstephan

  • Nain Portekoi

  • Inzecity

  • Pascal Henrard

  • Bastien Bricout

  • Lapuss'


Kheiron - Les Antillais