Huffpost Canada Quebec qc

Festival international de jazz de Montréal: La tornade Monáe frappe le Métropolis (PHOTOS)

Publication: Mis à jour:
Janelle à Montréal, le 27 juin 2012. (Crédit photo: Marc Young)
Janelle à Montréal, le 27 juin 2012. (Crédit photo: Marc Young)

Janelle Monáe a ouvert non-officiellement la 33e édition du Festival international de jazz de Montréal avec la fougue et l’énergie d’une tornade de force F1. Elle a tout emporté sur son passage !

Au Métropolis pour présenter les pièces de son plus récent album The ArchAndroid, la chanteuse soul et R & B en a mis plein la vue et plein les oreilles aux nombreux fans présents pour elle ce soir. «Ah ! J’avais raté son passage à Osheaga, je suis tellement content d’avoir mon billet !» «Paraît que c’est une bête de scène !» Depuis plusieurs semaines, l’effervescence Monáe se faisait sentir. Les Montréalais étaient hâtifs de découvrir ou de redécouvrir le phénomène Janelle, ainsi que son explosive performance ! Et ce soir, c’en était toute une, une explosive performance!

Le mystère planant

Personne ne savait à quoi s’attendre de cette soirée puisque la jeune femme n’en révélait que très peu sur le sujet. Du nouveau matériel ? Une version orchestrale de son album ? Cindy Mayweather ou Janelle Monáe ? C’était un réel «mystère et boule de gomme». L’artiste est montée sur scène, vêtue de sa cape noire et a lancé le bal de belle façon en proposant les premiers morceaux de The ArchAndroid, Suite II Ouverture, Dance or Die et Faster.

La foule a pu apprécier tout au long du concert une Janelle vocalement impeccable. Sa voix était puissante et colorée, elle étonnait par ses majestueuses fluctuations. De plus, son ArchOrchestra était gonflé à bloc, le spectacle devenait donc deux fois plus imposant. Les musiciens interagissaient avec le public et mettaient vraiment le paquet pour mettre la chanteuse en valeur.

Ce qui est d’autant plus intéressant avec Janelle, c’est qu’elle réussit à transporter ses fans musicalement… On passe d’un conte de fées digne des plus grands films de Disney à un récit d’aventures de James Bond en moins d’une chanson. Et ses yeux, ils pétillent tellement que l’on peut y voir ses émotions transmises même au fin fond de la salle.

Des reprises qui lui collent à la peau

Janelle, ou plutôt l’androïde Cindy Mayweather, a offert de brillantes reprises en milieu de soirée; Smile (Charlie Chaplin), Take me with U (Prince), ainsi qu’une festive I Want you Back des Jackson 5 interprétée un peu plus tard. La foule était en délire ! Plus le spectacle progressait, plus l’artiste originaire d’Atlanta impressionnait. Lorsqu’elle a chanté Cold War et Tightrope, le Métropolis s’est transformé en grande piste de danse ! Décidemment, ceux qui avaient pris des leçons de swing cette année se sont donnés au maximum dans les pirouettes jazzées!

Un rappel électrisant

Le concert en entier a été électrisant…mais le rappel ! Wow ! Comme de la dynamite ! Janelle s’est trémoussée sur un nouveau titre, nommé Electric Lady ainsi que sur Come Alive (The War of Roses). À la voir se déhancher comme elle le faisait, La Compagnie Créole aurait pu lui dédier sa pièce ce soir…une vraie «machine à danser» ! Pas de claquettes, «moonwalk», série de mouvements robotiques, Janelle est carrément surdouée ! Elle a tout donné jusqu’à la fin. Inutile de mentionner que les fans sont repartis avec de grands sourires aux lèvres, décoiffés par l’incroyable prestation-tornade Monáe.

EN IMAGES:

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Festival international de jazz de Montréal: 27 juin 2012
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction