NOUVELLES

Les syndicats de professeurs pourraient recourir à des moyens de pression à la rentrée scolaire, Courchesne fulmine

27/06/2012 03:28 EDT | Actualisé 27/08/2012 05:12 EDT
Radio-Canada.ca

QUÉBEC - La ministre de l'Éducation, Michelle Courchesne, juge inacceptables les menaces de moyens de pression des professeurs de cégeps, qui négocient actuellement les conditions du retour en classe exceptionnel de la mi-août.

Mme Courchesne a déclaré mercredi lors d'un point de presse que des discussions intensives sont en cours avec la Confédération des syndicats nationaux (CSN).

En plus des limites aux manifestations, la loi spéciale 78, adoptée par le gouvernement, prévoit un retour en classe le 17 août afin de reprendre à la session d'hiver les cours interrompus en raison du conflit étudiant.

Le principal point en litige avec les enseignants concerne le nombre des effectifs supplémentaires qui seront requis pour dispenser les cours dans les cégeps perturbés par la grève des étudiants opposés à la hausse des frais de scolarité.

La vice-présidente de la Fédération nationale des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN), Micheline Thibodeau, a affirmé mercredi qu'à défaut d'une entente convenable, les syndiqués pourraient recourir à des moyens de pressions. «Ce à quoi on songe, c'est des moyens de pression qui concernent le respect de notre contrat de travail», a-t-elle dit lors d'une entrevue.

Mme Thibodeau a exclu le recours à la grève, puisque ce moyen de pression est interdit à moins d'être en négociation pour le renouvellement d'une convention collective. «On n'a pas le droit de grève et on n'a pas l'intention de faire la grève», a-t-elle dit.

Elle a expliqué que «quelques centaines» d'enseignants temporaires seraient nécessaires pour assurer que tous les cours soient dispensés.

Selon la FNEEQ-CSN, des solutions ont été trouvées pour diminuer le coût des mesures à mettre en place pour la reprise des cours, estimés au départ à 70 millions $ par le syndicat. Mme Thibodeau a indiqué que le coût des demandes syndicales se chiffrent maintenant à moins de 40 millions $.

Refusant de commenter l'avancement des négociations, la ministre Courchesne a cependant fustigé le syndicat. «On vit dans une société qui est égalitaire, on vit dans une société qui est démocratique, on ne devrait plus se gouverner par le biais de menaces, de groupes comme ça qui se permettent de le faire, a-t-elle dit. Ça, pour nous, c'est quelque chose qui n'est pas acceptable.»

Le président de la Fédération des cégeps, Jean Beauchesne, a déclaré quant à lui que les discussions sont difficiles avec les syndiqués.

«Les écarts sont très considérables, a-t-il dit. Je n'irai pas dans les détails parce que je ne veux pas négocier sur la place publique, mais nous sommes encore très, très loin d'une entente. Les écarts en termes d'ajouts de ressources qui sont demandés sont très, très importants.»

M. Beauchesne a affirmé que l'embauche d'enseignants pour une courte période est compliqué dans certains domaines spécialisés, comme les techniques de génie mécanique. «Il y a des domaines de rareté, ça va être très difficile», a-t-il dit.

La loi 78 permet aux établissements d'étaler la reprise de la session d'hiver 2012 jusqu'au 30 septembre prochain, avant le début de la session d'automne.

M. Beauchesne a affirmé que la capacité financière des cégeps est de 10 millions $, pour mettre en place des mesures spéciales.

En tout, 14 cégeps doivent organiser une reprise des cours de la session d'hiver. Seuls les enseignants syndiqués d'un établissement, affiliés à la Centrale des syndicats du Québec, ont conclu une entente sur les moyens dont ils ont besoin le 17 août, a indiqué M. Beauchesne.