La récente succession d'incidents et de comportements criminels et imprévisibles qui seraient liés à l'usage des "sels de bain" a semé une certaine confusion parmi les vrais industriels de sels de bain, comme le rapporte le Headline News.

Evidemment, le Sun Sentinel explique que ces innocents sels cosmétiques utilisés pour parfumer son bain sont bien loin de cette drogue illégale, composée de cocaïne synthétisée et d'un mélange de dérivés d'amphétamine et autres composants chimiques en tout genre, qui peut provoquer des crises de paranoïa et des hallucinations.

Lire aussi: Quelle est cette drogue, les sels de bain, qui pourrait pousser au cannibalisme?

Mais toute cette attention négative accumulée autour de cette drogue de synthèse a conduit à une baisse des ventes du produit cosmétique du même nom et a semé la confusion parmi les clients des grandes marques telles que la Compagnie des Sels de Bain de San Francisco (San Francisco Bath Salt Company) ou SaltWorks.

Naomi Novotny, le président de SaltWorks, a raconté que "[ses] clients lisent toutes ces histoires expliquant qu'il faut bannir les sels de bain et les gens nous appellent en demandant 'peuvent-ils vraiment faire ça?'. Et je leur réponds: 'Bien sûr que non'."

Devant la confusion, une entreprise a même été jusqu'à changer le nom de sa gamme de sels de bain, renommant sa gamme "Tranquillité" par le nom plus apaisant d'"Harmonie", après avoir reçu plusieurs appels de personnes cherchant à se procurer de la "Tranquillité", qui est l'autre nom de cette drogue de synthèse.

Et le désordre est tel que les retombées de cette histoire ne touchent plus seulement l'industrie. En effet, les législateurs sont déterminés à durcir les lois contre les "sels de bain". Mais, comme le rapporte ABC News, les "chimistes des rues" utilisent des composants chimiques très courants pour fabriquer cette drogue, si bien qu'il est difficile de déterminer quel élément bannir pour enrayer la propagation de ce fléau.

Plus grave, selon le site WebMD, il n'y aurait aucun moyen de savoir si quelqu'un a pris de cette drogue. Cependant, l'Association américaine des centres anti-poison a déclaré que le nombre d'appels concernant les "sels de bain" a grimpé de 304 en 2010 pour atteindre les 6138 en 2011.