Pauline Marois apprécie le réalisme de Stephen Harper

Publication: Mis à jour:
Pauline Marois. (Radio-Canada.ca)
Pauline Marois. (Radio-Canada.ca)

La chef du Parti québécois, Pauline Marois, se réjouit que les conservateurs fédéraux s'inquiètent d'une éventuelle victoire péquiste aux prochaines élections provinciales.

De passage en Mauricie, samedi, Pauline Marois s'est dite heureuse de constater que le premier ministre du Canada, Stephen Harper, était un homme réaliste. « C'est un bon signe. Il se prépare à notre venue. Moi j'apprécie qu'un premier ministre, avec qui on a souvent des désaccords, au moins soit capable d'évaluer la situation. Alors j'apprécie ça », a-t-elle lancé en point de presse.

M. Harper a rencontré l'ancien premier ministre conservateur Brian Mulroney, la semaine dernière, dans un hôtel de Montréal, pour discuter d'une éventuelle victoire péquiste au Québec. Stephen Harper aurait aussi téléphoné au premier ministre du Québec, Jean Charest.

La discussion entre MM. Harper et Mulroney reflète le niveau de préoccupation d'Ottawa par rapport au Québec pour forcer une telle réconciliation.

Le gouvernement Harper avait coupé les ponts avec Brian Mulroney il y a cinq ans, dans la foulée de l'affaire du lobbyiste Karlheinz Schreiber.