Après les polémiques entourant la construction d'amphithéâtres à Shawinigan et à Québec, le financement d'un nouveau complexe à Boisbriand suscite la controverse.

Selon les informations obtenues par Radio-Canada, le promoteur du projet et ex-hockeyeur Joël Bouchard aurait demandé aux Villes de Boisbriand et Blainville de refinancer en entier le Centre d'Excellence Sports Rousseau, qui deviendrait public, et d'assumer d'éventuels déficits.

Des travaux supplémentaires au complexe, construit en 2010, seraient requis pour l'ajout de loges en raison de la venue de l'équipe de hockey junior l'Armada, dont Joël Bouchard est copropriétaire. Or, pour ces travaux, il manquerait d'argent.

La construction du complexe, évalué au départ à 15 millions de dollars, coûterait finalement presque deux fois plus cher que prévu.

L'organisme sans but lucratif (OSBL) qui gère l'amphithéâtre chercherait aussi à obtenir une exemption de taxes municipales sur une partie du bâtiment.

Boisbriand refuse d'investir davantage

Autour de 2007, avant même sa construction, le Centre d'Excellence Sports Rousseau devait être entièrement privé. Mais Joël Bouchard n'est pas parvenu à amasser les fonds nécessaires.

Pour gérer le projet, il a créé un OSBL, et a ainsi pu obtenir une subvention de 7 millions de dollars du programme controversé de la ministre Michelle Courchesne, programme qui a été sévèrement critiqué par l'opposition et par le vérificateur général du Québec pour son « manque de rigueur », sans qu'aucun projet en particulier soit évoqué.

L'ex-député libéral Robert Therrien, qui travaillait pour la compagnie qui a construit l'aréna, a accompagné Joël Bouchard dans ce projet.

La contribution des municipalités de Boisbriand et de Blainville devait se limiter à louer du temps de glace. Les choses ont toutefois changé au fil du temps. Blainville a dû garantir des prêts pour une valeur de 10 millions de dollars. De plus, les deux Villes doivent payer au total 8 millions pour l'achat du terrain et des améliorations au bâtiment.

C'est beaucoup trop d'argent pour la nouvelle mairesse de Boisbriand, Marlène Cordato, qui n'a jamais voulu de ce projet hérité de sa prédécesseure, Sylvie St-Jean.

« Pour la Ville de Boisbriand, il n'y avait pas de besoin et il n'y avait pas d'intérêt non plus de [financer] cette infrastructure-là, a-t-elle affirmé. Il faut toujours aller avec la capacité de payer de notre population ».

Blainville, qui appuie le projet, accepte d'investir davantage, mais pas Boisbriand, dont la mairesse s'interroge sur le manque de transparence dans la gestion de l'amphithéâtre.

« Moi, je trouve ça difficile quand les infrastructures sont déjà là et qu'on change les règles du jeu. Ça me dérange », dénonce Marlène Cordato.

La mairesse de Boisbriand questionne le fait que Joël Bouchard porte de nombreux chapeaux, puisqu'il a des intérêts financiers dans plusieurs compagnies, dont l'Armada, qui louent des locaux dans l'amphithéâtre, propriété de l'OSBL dont il est lui-même le président.

Joël Bouchard n'a pas voulu accorder d'entrevue à Radio-Canada.