FrancoFolies 2012: Loco Locass arrache la place (PHOTOS/VIDÉO/TWITTER)

Publication: Mis à jour:

MONTRÉAL - Biz, Chafiik et Batlam du trio rap le plus populaire du Québec étaient sur la grande scène de la Place des festivals, vendredi soir, pour l’événement le plus attendu des FrancoFolies. Verve flamboyante, paroles engagées et dynamisme contagieux, les gars de Loco Locass n’ont pas changé d’un iota malgré les huits années qui nous séparaient de leur dernier album, Amour oral.

Bien loin d’être disparus, les trois chanteurs ont profité d’une situation idéale pour lancer leur tout récent disque intitulé Le Québec est mort, vive le Québec!, un disque encore plus mordant et engagé politiquement que le contenu des précédents gravés.

En fait, leur engagement politique s’est avéré une couleur dominante dans la prestation. Tout y est passé : la loi 78, l’indépendance, le conflit étudiant, la gouvernance de Jean Charest, le capitalisme galopant, la concentration des médias, et plus encore.

Devant une véritable marée humaine de dizaines de milliers de spectateurs, Loco Locass a commencé le party avec la nouvelle pièce WI . Sur de bonnes lignes de basse et de batterie (un groupe de musiciens les accompagnent), les membres de la formation sont apparus sur scène arborant chacun une casquette noire sur la tête et accoutrés d’une sorte de chienne de travailleur ou encore de prisonnier, couleur rouge éclatant. Deux autres morceaux bien rythmés, La bataille des murailles (de l’album Amour oral) et La trahison des marchands, ont été interprétées par les gars résolus à brasser la cage.

La sensible Kevin et Gaétan, qui parle d’un jeune homme et de son père pris d’un problème de jeu compulsif, est par la suite venue changer le ton. Malgré une douce intro au clavier, la balade s’est révélée assez énergique en finale.

Le printemps

« J’ai l’impression que nous sommes nés pour ces moments-là, a dit Batlam. Ce qui me frappe du printemps québécois (mouvement social actuel), c’est qu’ils (les étudiants) n’arrêtent pas. Tous les jours ils sont là, dans la rue. » Des paroles qui se sont méritées des acclamations bien senties de la part de nombreuses personnes dans la foule.

Avant d’envoyer la pièce Le mémoire de Loco Locass, inspirée des accommodements raisonnables, Biz s’est fait plaisir en envoyant carrément un disque dans l’audience, geste voulant symboliser que le lancement du nouvel opus était maintenant chose faite. Durant la performance, on a senti des influences de ska à travers les bons riffs de guitare.

Au fil des chansons, on a découvert les thèmes chers aux membres de Loco Locass : suicide, cohésion sociale, langue, suicide, empires médiatiques, l’anglicisation ou encore l’avarice (la très dynamique Tout le monde est malheureux présentée avec un échantillonnage de la voix de Gilles Vigneault).

À la suite de plus ou moins réussie Secondaire, la version tourmentée de M’accrocher a été un moment fort de la soirée. Bonnes charges de guitare électrique et de batterie ainsi qu’une très belle finale a cappella des chanteurs.

Passeront les énergiques Du Joufflu, Occupation double et Bonzaïon, avant qu’on soit témoin de l’arrivée sur les planches du chanteur Samian, venu interpréter avec Loco Locass La paix des braves, qu’il a composée avec le groupe en 2006.

« L’identité amérindienne fait partie de l’identité québécoise », a balancé Biz, avec conviction.

En fin de concert, Les Géants était l’occasion de voir Biz, Batlam et Rafiik chanter le Québec avec conviction.

De la visite

« Des étudiants ici ce soir ? », avait demandé Biz en début de concert, faisant du même coup naître une les cris. « On s’en doutait ».

Impossible de passer sous silence la tension sociale actuelle entre le mouvement étudiant et le gouvernement Charest, source importante de leur inspiration pour le spectacle. Les trois chanteurs appuient depuis longtemps les étudiants en boycott. Ce concert était l'occasion parfaite pour marteler leur position en rapport aux carrés rouges (ils soutiennent le mouvement à 100 %) et leur vision quant aux enjeux sociaux et politiques qui en découlent.

Le groupe avait d’ailleurs demandé récemment (en secret) aux représentants de la FECQ, de la FEUQ et de la CLASSE de participer à leur spectacle. Preuve que l’appel a été entendu, Gabriel Nadeau-Dubois, Jeanne Reynolds, Martine Desjardins, Éliane Laberge et Léo Bureau-Blouin sont montés sur scène avec Loco Locass. Ainsi donc, après une version revisitée à la sauce Loco du fameux slogan « la loi spéciale…on s’en câlisse ! », scandé partout depuis des semaines dans les rues, et une minute de silence durant laquelle les milliers de spectateurs ce sont assis par terre pour réfléchir à la « pression indue des pouvoirs politique et financier sur la vie culturelle et sociale » (« parce qu'aujourd'hui le Québec est mort... vive le Québec! »), la bombe « Libérez-nous des libéraux » a fait exploser la place des Festivals.

Dans la bonne humeur et un enthousiasme complet, les gens ont sauté en criant les paroles. Sur scène, le pow wow était beau à voir. Partout, des milliers d’étudiants ou simples amateurs du groupe brandissaient casseroles, pancartes, fanions et drapeaux à l’effigie du Québec.

Il fallait voir Gabriel Nadeau-Dubois lancer la chanson en imitant Jean Charest…

À la toute fin, Biz a demandé la tenue d'élections et a incité les jeunes à aller voter.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
FrancoFolies de Montréal: 15 juin 2012
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction