NOUVELLES

La «thérapie Zamboni» serait inefficace, selon une étude terre-neuvienne

07/06/2012 01:41 EDT | Actualisé 07/08/2012 05:12 EDT
Alamy

TORONTO - Les patients qui se sont soumis à la «thérapie Zamboni» pour soulager les symptômes de leur sclérose en plaques n'en ont retiré aucun bienfait mesurable, conclut une étude financée par le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador.

Cette thérapie a été mise au point par le médecin italien Paolo Zamboni, qui maintient que la sclérose en plaques est causée par l'obstruction de veines dans le cou, et qu'il ne s'agit pas d'une maladie neurodégénérative comme le croit la médecine moderne.

Le gouvernement de la province a dévoilé les résultats, jeudi, à Saint-Jean, et la ministre de la Santé de Terre-Neuve-Labrador, Susan Sullivan, a annoncé qu'elle ne défraierait pas les coûts associés à ce traitement.

L'étude s'est penchée sur le cas de 30 patients qui ont subi le traitement et 10 autres qui n'en ont pas eu. Les chercheurs ne savaient pas quel patient appartenait à quel groupe au moment de les examiner — une étude «à double insu».

Les participants ont été soumis à une série de tests physiques et cognitifs au début de l'étude, puis trois, six et 12 mois après le début du traitement. Les chercheurs n'ont constaté aucun bénéfice mesurable, même si les patients eux-mêmes ont rapporté un sentiment de bien-être plus élevé.

Selon le docteur Zamboni, l'obstruction de veines au niveau du cou entraîne une accumulation de sang — riche en fer — dans le cerveau, ce qui se traduit par les symptômes associés à la sclérose en plaques.

Le chercheur principal de l'étude canadienne, le docteur William Pryse-Philipps, a déclaré que les conclusions invalidaient cette théorie.

Il abordé cette étude en espérant que le traitement pourrait permettre de soulager les patients atteints de sclérose en plaques, mais les résultats n'ont pas été concluants. «Je suis déçu. J'aurais espéré que ça fonctionne. Je ne peux recommander cette thérapie sur la base des présents résultats» a déclaré le médecin lors d'une conférence de presse dont le contenu a été déposé sur le site du ministère de la Santé et des Services communautaires de Terre-Neuve.

Selon le Dr Andreas Laupacis qui a mesuré à plusieurs reprises la valeur scientifique de la théorie du Dr Zamboni pour les Instituts de recherche en santé du Canada, l'étude démontre des forces et des faiblesses.

Si les patients qui n'ont pas reçu de veinoplasties avaient reçu un traitement placebo, les résultats auraient été plus forts, selon le chercheur. «Je ne crois pas que ce soit concluant.»

Le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador avait fourni les 400 000 $ nécessaires à la réalisation de l'étude.