LOS ANGELES, États-Unis - Même si Mike Richards est à Los Angeles depuis moins d'un an, il imagine assez bien ce dont 45 ans d'attente et de frustrations refoulées auront l'air lorsque les Kings fouleront la patinoire du Staples Center avec la coupe Stanley quasi à leur portée.

«[Le Staples Center] est probablement l'amphithéâtre le plus bruyant dans lequel j'ai joué au cours de ma carrière, et il le sera probablement encore plus demain», a mentionné le joueur de centre, dimanche, alors qu'il anticipe déjà le genre d'ambiance qu'il y aura au domicile des Kings pour le match no 3 de la finale de la Coupe Stanley, lundi.

Un couronnement semble imminent pour les Kings, qui ont amorcé la série finale en ajoutant deux autres victoires au New Jersey à la plus longue série de gains sur la route de l'histoire des séries éliminatoires de la LNH. Ils présentent une fiche de 10-0 sur les patinoires adverses cette saison, et de 12-0 datant de l'année dernière.

Los Angeles n'est plus qu'à deux victoires de décrocher le premier titre de l'histoire de l'organisation, pour ainsi enterrer quatre décennies et demie de vaches maigres interrompues par quelques bonnes séquences, gracieuseté de Wayne Gretzky et Marcel Dionne, entre autres.

«Je ne crois pas avoir déjà fait partie d'une équipe dans laquelle tous les joueurs étaient aussi concentrés sur le même objectif, a déclaré Jeff Carter, qui a inscrit le but gagnant en prolongation lors du match no 2. Tout le monde sait ce qu'il a à faire.»

Sauf qu'en s'inspirant de tous les succès inattendus des Kings depuis le début des séries, les Devils du New Jersey ont de leur côté toutes les raisons de croire que tout n'est pas encore perdu.

Aucun adversaire n'a donné plus de fil à retordre aux Kings en séries que les Devils. Le New Jersey a limité le nombre de tirs de Los Angeles, testé les limites du gardien étoile Jonathan Quick et forcé à deux reprises la tenue d'une période de prolongation en limitant les Kings à un seul but en temps réglementaire lors de chacun des deux premiers matchs.

«Les Devils ont connu beaucoup de succès en échec-avant contre nous, a évoqué le capitaine des Kings, Dustin Brown. Personne n'a aussi bien fait contre nous. On passe probablement plus de temps dans notre zone quand on les affronte. Ils ne nous rendent vraiment pas la vie facile.»

La troupe de Peter DeBoer peut également se motiver en se disant qu'une remontée après avoir tiré de l'arrière 0-2 dans une série finale a été réalisée pas plus tard que la saison dernière par les Bruins de Boston, alors qu'ils avaient remporté quatre des cinq rencontres suivantes pour soulever la coupe Stanley aux dépens des Canucks de Vancouver.