Conflit étudiant : la CLASSE prône une mobilisation large et ciblée

Publication: Mis à jour:
GABRIEL NADEAU DUBOIS
Le porte-parole de la CLASSE, Gabriel Nadeau Dubois (archives). (PC/Jacques Boissinot) | PC

PARTICIPEZ À NOTRE DISCUSSION. À l'issue de son congrès dimanche à Valleyfield, la Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) entend poursuivre la mobilisation cet été à Montréal en ciblant de grands événements, comme le Grand Prix de Formule 1, qui se tiendra les 8, 9 et 10 juin.

Le co-porte-parole de la CLASSE, Gabriel Nadeau-Dubois, assure toutefois que l'objectif n'est pas d'empêcher les gens de participer aux événements ou de mettre leur sécurité en péril. Il s'agit, selon lui, de s'en servir comme tribune afin de défendre la cause des étudiants.

La CLASSE veut aussi que la mobilisation devienne plus régionale, au fur et à mesure que les étudiants en grève quitteront la métropole pour retourner dans leur patelin. Les manifestations pourraient devenir plus petites, mais plus diffuses, indique Gabriel Nadeau-Dubois.

Rencontre avec Gilbert Rozon

Par ailleurs, les leaders étudiants devraient rencontrer lundi le président du festival Juste pour rire, Gilbert Rozon. Inquiet de l'impact économique de la grève sur le tourisme pendant la saison estivale montréalaise, M. Rozon aurait lui-même contacté les fédérations étudiantes.

« Huit clients sur dix de banlieue, des clients fidèles, disent qu'ils vont attendre la fin de la grève. Alors ça, c'est très embêtant en terme de vente de billets », a-t-il précisé lors d'une entrevue au Réseau de l'information, samedi.

Gilbert Rozon, très impliqué dans le conflit étudiant depuis quelques semaines, craint également un boycottage de son festival.

Ses nombreuses prises de position en faveur de la hausse des droits de scolarité et de la loi 78 lui ont valu plusieurs critiques sur les médias sociaux.

Que pensez-vous de la décision de la CLASSE de se faire entendre lors des grands événements à Montréal?