La 39e manifestation nocturne à Montréal s'amorce dans l'illégalité

Publication: Mis à jour:
MANIFESTATION NOCTURNE 39
(AFP) | AFP

MONTRÉAL - Au lendemain de l'interruption des discussions entre le gouvernement et leaders étudiants, la 39e manifestation nocturne contre la hausse des droits de scolarité et la loi 78 a attiré quelques milliers de personnes. Toutefois, les manifestants étaient moins nombreux que la veille.

La marche s'est amorcée avec le traditionnel discours du Service de la police de Montréal (SPVM), qui a d'emblée décrété qu'elle était illégale en raison de l'absence d'itinéraire.

Comme les soirs précédents, le commandant Alain Simoneau a toutefois annoncé que la manifestation serait tolérée si aucun acte criminel n'était commis. Les manifestants ont quitté le parc Émilie-Gamelin à 20 h 45 et emprunté la rue Berri en direction nord avant de se diriger vers le centre-ville.

Vers 23 h 30, une centaine des marcheurs qui se dirigeaient vers le pont Jacques-Cartier, mais ils ont rebroussé chemin devant le cordon de policiers pour se diriger plutôt vers la rue Ontario calmement. La foule avait déjà commencé à se disperser.

Vers minuit, le SPVM a qualifié la manifestation de très tranquille.

Tout au long de la soirée, les policiers n'ont toujours pas eu à intervenir malgré le nombre imposant de participants, le tintamarre des casseroles et des cris ainsi que le lancement de pièces pyrotechniques.

À la même heure jeudi, deux arrestations avaient eu lieu, l'une en vertu des règlements municipaux et l'autre pour voie de fait sur un policier. Aucun méfait n'avait toutefois été signalé.

Après quelques pourparlers avec la police, la projection du documentaire «République: Un abécédaire populaire» d'Hugo Latulippe, a commencé à 21 h 30 à la place Émilie-Gamelin. Selon Radio-Canada, plus d'une centaine de personnes assistaient au visionnement.

Tourné au printemps 2011, le film réunit une cinquantaine de leaders d'opinion, dont Amir Khadir, Serge Bouchard, Dominic Champagne, Françoise David et Brigitte Haentjens, qui partagent leur vision d'un nouveau projet de société pour le Québec.

Plusieurs autres arrondissements montréalais, dont Rosemont, Petite Patrie, Villeray et Rivière-des-Prairies, étaient également le théâtre d'un concert de chaudrons.

Des manifestations se déroulaient ailleurs dans la province, notamment à Québec, Gatineau et même à Amos, en Abitibi.

Dans la Vieille-Capitale, le rassemblement, qui comptait quelque 800 personnes selon Radio-Canada, a été déclaré légal par les forces de l'ordre étant donné que les manifestants leur ont fourni leur parcours. Elle s'est terminée vers 23 h 15, sans débordement.

En plus des manifestants, Montréal accueillait aussi vendredi soir près de 17 000 cyclistes venus participer au Tour de nuit. Il n'y a eu aucun incident entre les manifestants et les participants au tour.

Vendredi matin, le premier ministre Jean Charest avait lancé un appel au calme, exhortant les manifestants à ne pas perturber le Grand Prix de Formule 1 qui aura lieu le week-end prochain à Montréal.

Par ailleurs, le président de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), Léo Bureau-Blouin, a officiellement passé le flambeau vendredi à sa successeure, Éliane Laberge.

Une grande manifestation est prévue samedi à 14 h au parc Jeanne-Mance à Montréal a fait savoir la CLASSE. Un événement semblable aura lieu à Québec.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

39e manifestation nocturne; 1er juin 2012
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction