La ministre des Relations internationales du Québec, Monique Gagnon-Tremblay, est sortie de son habituelle réserve pour répliquer aux préoccupations exprimées par des experts indépendants de l'ONU sur la loi 78.

Au lendemain de la publication d'un communiqué des Nations unies, Mme Gagnon-Tremblay s'est adressée à la presse pour dire aux observateurs onusiens de se pencher sur des problèmes plus criants. « Au lieu, bien sûr, de regarder le Québec actuellement, [...] l'ONU pourrait peut-être regarder les crises majeures qui se passent actuellement, que ce soit en Syrie ou alors au Mali », a-t-elle déclaré.

Dans le communiqué, le rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à la liberté de réunion et d'association pacifiques, Maina Kiai, soutient que « la législation récemment adoptée restreint indûment le droit d'association et de réunion pacifique au Québec ».

Le rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à la liberté d'opinion et d'expression, Frank La Rue, affirme pour sa part que les « individus doivent avoir la possibilité de porter, au cours de tels évènements, les habits de leurs choix, pour autant que cela n'affecte pas les droits des autres ou que ce ne soit un moyen de se soustraire aux obligations relatives aux réunions pacifiques ».

La ministre Gagnon-Tremblay a l'intention de répondre formellement à l'ONU en faisant notamment valoir que le droit de manifester existe toujours au Québec. Elle a 60 jours pour le faire.

Loading Slideshow...