La porte-parole de la Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE), Jeanne Reynolds, a reçu la médaille du lieutenant-gouverneur du Québec pour la jeunesse au cours d'une cérémonie qui s'est déroulée à l'Institut de technologie agroalimentaire de Saint-Hyacinthe le week-end dernier.

Mme Reynolds a mérité cette distinction en raison de l'excellence de son dossier académique, mais surtout en vertu de son implication communautaire. La jeune femme de 20 ans est notamment très impliquée au sein de la troupe de théâtre de son établissement, le Collège de Valleyfield.

Elle fait également beaucoup de bénévolat, entre autres pour des causes environnementales, pour la collecte de sang d'Héma-Québec et pour la journée portes ouvertes de son établissement.

« Nous, on se fie beaucoup à ce que les institutions nous disent », explique le secrétaire général du bureau du lieutenant-gouverneur, Michel Demers. Le dossier de candidature soumis par le directeur général de l'établissement est dithyrambique. On y parle d'une jeune intellectuelle engagée au contact de laquelle les autres s'enrichissent. Il est également question de son leadership.

Mme Reynolds n'a pas voulu réagir et la CLASSE refuse de commenter : « Nous n'accordons que des entrevues dont le sujet est politique », explique le responsable des communications de la CLASSE, Renaud Poirier Saint-Pierre. Ce dernier précise que Mme Reynolds refuse personnellement les entrevues sur ce sujet.

Un honneur tout en contraste

Le caractère officiel et hautement honorifique de la récompense tranche avec l'image contestataire de la CLASSE.

Le bureau du lieutenant-gouverneur, tout en reconnaissant l'aspect incongru de la situation à la suite de l'adoption de la loi 78 et de la réaction de la CLASSE, est à l'aise avec la nomination de Mme Reynolds. « Il n'y a pas de malaise, explique M. Demers. Nous avons reconnu Mme Reynolds pour ses mérites, si elle fait autre chose par la suite [nous n'y pouvons rien]. »

M. Demers précise que la loi 78 n'était toujours pas adoptée lorsque Mme Reynolds a été honorée. La CLASSE n'avait donc pas encore incité la population à désobéir à la loi. M. Demers renchérit en indiquant que les récents développements n'enlèvent rien aux mérites de Mme Reynolds.

La médaille du lieutenant-gouverneur pour la jeunesse est décernée à deux élèves par école secondaire et établissement de niveau collégial, et six par université, sur recommandation du directeur général de l'institution. Elle est décernée à des résidents québécois de 29 ans ou moins inscrits à l'école secondaire, au cégep, dans un centre de formation professionnelle ou à l'université. Le lauréat doit se conformer aux exigences de son programme d'étude et « avoir fait preuve de dépassement de soi et d'abnégation par son implication tangible au sein de son milieu scolaire ou communautaire ».