Procès Delisle: ce n'est pas un suicide, affirme un autre expert

RCQC  |  Publication: Mis à jour: 23/05/2012 10:29

La Couronne a fait entendre un deuxième expert en balistique, André Desmarais, au procès de l'ex-juge Jacques Delisle, accusé du meurtre prémédité de sa femme Nicole Rainville.

André Desmarais est le chef du département de balistique à la police de Marseille. Il a eu carte blanche pour faire ses expertises, et a expliqué au jury comment le pistolet laisse échapper de la poudre, au bout du canon, lors des tirs.

Ses tests démontrent sensiblement les mêmes résultats que le premier expert en balistique qui a écarté la thèse d'un suicide.

L'expert français va poursuivre son témoignage mercredi.

Témoignage de l'experte en projection de sang

La défense a aussi rappelé à la barre un témoin entendu la semaine dernière. Me Larochelle a confronté l'experte en projection de sang avec des ouvrages scientifiques.

Jacynthe Prévost maintient que les taches de sang trouvées sur le dossier du divan proviennent de la tempe de Nicole Rainville. Me Larochelle lui suggère plutôt qu'elles pourraient provenir de la bouche.

L'experte n'a jamais voulu adhérer à cette hypothèse, malgré l'insistance de Me Larochelle.

Elle a d'ailleurs fait savoir à l'avocat de la défense qu'elle n'aimait pas le ton du contre-interrogatoire.

On s'attend à ce que la Couronne termine cette semaine la présentation de sa preuve, notamment en faisant entendre la maîtresse de Jacques Delisle.

Au début du procès, la Couronne a dit vouloir prouver que le mobile du crime était le désir de l'accusé de refaire sa vie avec cette femme plutôt que de rester avec son épouse gravement malade.

Suivre Le HuffPost Québec

Publié par Jean-Philippe Cipriani  |