Grève étudiante: manifestation illégale, mais tolérée par les policiers de Montréal

RCQC  |  Par Publication: Mis à jour: 19/05/2012 23:39

Au moins 3000 personnes participent à la 26e manifestation en autant de soirs au centre-ville de Montréal.

La marche a été généralement pacifique, empruntant des rues plus étroites qu'à l'habitude, un comportement nouveau selon le journaliste de Radio-Canada Louis-Philippe Ouimet.

Après plusieurs gestes illégaux de certains manifestants, une intervention policière, à l'aide notamment de gaz lacrymogènes, est survenue près du campus de l'Université McGill. Des arrestations ont eu lieu.

Des manifestants ont répliqué en lançant des projectiles sur les policiers. Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a alors lancé un autre ordre de dispersion.

Un autre affrontement a eu lieu à l'intersection du boulevard Saint-Laurent et de la rue Ontario. Aux bouteilles de bière lancées par des manifestants, les policiers ont opposé des gaz lacrymogènes.

Le départ avait été donné, comme c'est maintenant la coutume, du parc Émilie-Gamelin, près de l'Université du Québec à Montréal. Des manifestants masqués, avertis par la police, avaient accepté de se découvrir le visage.

Le SPVM a déclaré la manifestation illégale environ une demi-heure plus tard, mais a affirmé qu'il la tolérerait s'il n'y avait pas d'autres actes criminels commis.

La police montréalaise a indiqué que des personnes en tête de la manifestation avaient consommé de l'alcool, lancé des projectiles et commis d'autres gestes illégaux. Des manifestants ont refusé d'enlever leur masque.

En outre, la police a affirmé ne pas avoir reçu l'itinéraire de la marche à l'avance.

Ce rassemblement fait suite à l'adoption, vendredi soir, d'une loi spéciale obligeant notamment les organisateurs de toute manifestation de 50 personnes ou plus à dévoiler leur itinéraire aux policiers huit heures à l'avance. Il survient également au lendemain de l'adoption d'un règlement municipal interdisant le port du masque par les manifestants.

Les manifestants semblent manifester davantage en réaction à ces mesures législatives et réglementaires que contre la hausse des droits de scolarité.

Suivre Le HuffPost Québec

Publié par Catherine Levesque  |