Occupons Montréal reprend du service

Publication: Mis à jour:
OCCUPONS MONTREAL RETOUR
Les contestataires d'Occupons Montréal se réinstallent au square Victoria, où ils s'étaient installés l'automne dernier. | Radio-Canada.ca

Un an après le début de la mobilisation des indignés en Espagne, des contestataires d'Occupons Montréal se réinstallent au centre-ville. Samedi matin, une quinzaine d'entre eux étaient réunis au square Victoria, qu'ils ont habité l'automne dernier avant de devoir démanteler leurs abris.

Des étudiants en grève devraient se joindre à ce mouvement contre les abus du capitalisme.

C'est le cas de quelques-uns d'entre eux rencontrés pendant une manifestation contre la hausse des droits de scolarité vendredi soir, à Montréal. Un jeune homme y portait le masque souriant des cyberactivistes d'Anonymous, devenu l'un des symboles du mouvement Occupons. Cet étudiant en grève se définit aussi comme un indigné.

« Les deux causes ont une veine commune, qui est de s'opposer un peu au système qui a servi les 99 % au profit du 1 %. Le mouvement Occupy va utiliser l'élan qui est déjà en place pour le mouvement étudiant », expliquait-il.

Une autre manifestante disait vouloir participer à Occupons Montréal pour protester contre les inégalités sociales, la gestion des ressources naturelles et le pouvoir des banques. « Ce n'est pas seulement la hausse [des droits de scolarité], c'est de savoir dans quelle société on veut vivre », estime-t-elle.

Un des organisateurs du retour du mouvement à Montréal, Patrick Lessage, appelle à un « Printemps érable » global. « Le mouvement étudiant est venu échauffer les esprits. Aujourd'hui, il y a vraiment un souffle qui souffle sur la Terre. Ça amène une volonté de changement », croit-il.

Les indignés, qui prévoient passer au moins trois nuits dans le square Victoria, ne dormiront pas sous des tentes, mais dans des sacs de couchage. Les organisateurs disent avoir retenu les leçons de l'automne dernier. Les autorités municipales avaient ordonné le démantèlement de leurs abris.

À Québec, les contestaires sont invités à se réunir place d'Youville. Les indignés ont aussi l'intention occuper les alentours de l'Assemblée nationale jusqu'à la démission du gouvernement Charest et la tenue d'élections. D'autres occupations sont prévues cette fin de semaine à Ottawa, à Winnipeg et à Thunder Bay.

Des indignés descendront samedi dans les rues de nombreuses villes du monde, notamment en Espagne et en Grande-Bretagne. Des Espagnols prévoient camper pendant trois jours sur la place Puerta del sol de Madrid, tandis que des Britanniques ont appelé à manifester à partir de la cathédrale St-Paul, à Londres.

D'après un reportage de Thomas Gerbet