Conflit étudiant : Des médecins pour le carré blanc de l'armistice

Publication: Mis à jour:
CARREBLANC
SRC

Une coalition d'une cinquantaine de médecins québécois a décidé vendredi d'appuyer le mouvement Portez le carré blanc, qui symbolise l'armistice dans le conflit opposant les étudiants au gouvernement Charest.

Ces médecins s'inquiètent du risque d'incidents liés aux manifestations qui ont lieu dans la province depuis plus de trois mois. « Des personnes ont été blessées et porteront toute leur vie des séquelles de ces blessures », soulignent-ils dans leur déclaration.

La coalition soutient que les développements des derniers jours laissent croire que le conflit « pourrait se prolonger considérablement et, avec lui, les risques d'incidents graves ».

Les médecins appuyant le mouvement Portez le carré blanc demandent aussi au gouvernement québécois de mettre en place un processus de consultation citoyenne dont le mandat sera de débattre de l'importance de l'éducation dans la société, ainsi que de la nature de son financement.

Jeudi, des parents ont invité la population à porter le carré blanc de l'armistice pour mettre fin au conflit. Selon eux, la protection de la vie des jeunes est plus importante pour l'instant que la question des droits de scolarité.

Ils demandent au premier ministre Jean Charest un moratoire avant la fête des Mères, « le plus beau cadeau » qu'il puisse faire aux parents, a déclaré jeudi Robert Michaud, sur les ondes de Radio-Canada.

« Notre demande, c'est que la crise cesse. [...] Perdre la vie pour l'un de ces jeunes, peu importe la couleur qu'il porte, ça va être une vie perdue de trop », a-t-il conclu.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

La manif du 27 avril à Montréal
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Conflit étudiant : Des médecins pour le carré blanc de l'armistice

Le carré blanc pour éviter le Liban

Hausse des frais de scolarité : l'Union des producteurs agricoles ...

Line Beauchamp dit que des discussions informelles se poursuivent ...

L'émeute vue d'un salon de Victoriaville

Le coeur rouge et la tête verte