Grand Prix du Canada: Bernie Ecclestone exige des rénos

Publication: Mis à jour:
BERNIE ECCLESTONE RENOVATIONS
Le président de Formula One Management, Bernie Ecclestone. (Getty Images) | Getty Images

Le président de Formula One Management, Bernie Ecclestone, exige des travaux au circuit Gilles-Villeneuve avant de renouveler l'entente qui prend fin en 2014.

L'information, publiée par La Presse mercredi, fait état d'un montant de 15 millions de dollars.

M. Ecclestone demande ces travaux en prélude aux négociations pour le renouvellement du contrat liant Montréal à la F1 pour la présentation du Grand Prix du Canada.

Selon le quotidien montréalais, la Ville de Montréal, propriétaire du circuit, a demandé l'aide des paliers de gouvernement pour ne pas avoir à assumer seule cette dépense.

Dans un communiqué publié en après-midi, le cabinet du maire Gérald Tremblay rappelle que la présente entente vient à échéance en 2014 et, selon M. Tremblay, elle pourrait être reconduite pour 10 ans, soit jusqu'en 2024.

Le ministre des Finances du Québec Raymond Bachand, qui confirme que les négociations ont commencé, ne dit pas non a priori à la demande de M. Ecclestone.

« Sur le long terme, il veut s'assurer qu'il y ait des investissements minimaux pour garder la piste et les installations en état, a expliqué le ministre. C'est normal d'avoir des installations en bon état, et il faut trouver la façon de financer ça. »

« La bonne nouvelle c'est qu'il y a des discussions en cours pour prolonger pour une bonne période de temps la F1 à Montréal et au Canada », a précisé M. Bachand, qui a ajouté qu'il ne ferait plus de commentaires à ce sujet pour les prochaines semaines.

Pour l'édition 2012, le contenu du cahier de charge de la FIA (côté piste) et de la FOM (côté paddock) est le même qu'en 2011.

Pas une surprise pour le promoteur

Le promoteur du Grand Prix du Canada François Dumontier admet qu'il s'attendait à ce que ces rénovations fassent partie des négociations.

« Il est important de préciser qu'il reste deux ans au contrat actuel avec la Formula One Management et les partenaires que sont les différents paliers de gouvernement et Tourisme Montréal », a rappelé M. Dumontier par communiqué.

« Compte tenu du fait que les installations permanentes du circuit, notamment la tour de contrôle et les garages, datent de près de 25 ans, il est plus que probable que la réfection de celles-ci soit un élément important lors des négociations visant le prolongement de l'entente actuelle », admet-il.

Mais de là à préciser le coût de ces travaux, c'est un pas que M. Dumontier ne veut pas franchir.

« Il m'apparaît prématuré d'avancer un montant précis concernant d'éventuels travaux », conclut-il.

Le contrat actuel se termine après l'édition 2014 du Grand Prix présenté sur le circuit Gilles-Villeneuve. Les améliorations à faire pour l'édition 2015 concerneraient le complexe des garages et la tour de contrôle.

En vertu de l'entente rendue publique en novembre 2009, les trois paliers de gouvernements et le secteur touristique privé, par l'entremise de Tourisme Montréal, versent 75 millions de dollars sur cinq ans pour la présentation de l'événement.

Le gouvernement du Canada et Tourisme Montréal octroient chacun 5 millions par année, le gouvernement du Québec contribue à hauteur de 4 millions et la Ville de Montréal ajoute 1 million. En contrepartie, ils perçoivent 30 % des revenus de la billetterie.

Il y a dans l'entente une option de renouvellement pour une autre période de cinq ans.

« Nous avons une option de renouvellement pour cinq autres années qui oblige (M. Ecclestone) à négocier de bonne foi », avait précisé le maire de Montréal Gérald Tremblay à l'annonce de l'entente le 27 novembre 2009.

Avec l'amélioration des installations, Bernie Ecclestone met une condition au renouvellement de l'entente. Ce geste sera-t-il considéré comme étant « de bonne foi »?

Les dernières améliorations aux installations du circuit Gilles-Villeneuve datent de 2008.

Un investissement de 5,5 millions de dollars avait permis d'agrandir la zone du paddock en rognant 25 mètres au bassin olympique pour offrir des roulottes à deux étages insonorisées aux équipes.

M. Ecclestone avait dit à Radio-Canada Sports qu'il était « très satisfait » des installations du paddock.

On avait également construit un tout nouveau centre des médias sur le bassin olympique, beaucoup plus grand que l'ancien, situé dans la tour.

« On appelle ça maximiser tout l'espace disponible », avait expliqué le promoteur de l'époque, Normand Legault.

En juin 2010, le promoteur actuel du Grand Prix du Canada, François Dumontier, avait dit qu'il ne comptait pas « à court terme » agrandir ou construire de nouveaux garages pour les équipes.