Kofi Annan dénonce "des niveaux inacceptables de violence" en Syrie, selon des diplomates

Publication: Mis à jour:
SYRIE
Getty Images

GENÈVE - L'émissaire des Nations unies et de la Ligue arabe en Syrie, Kofi Annan, a déclaré mardi au Conseil de sécurité de l'ONU qu'il existe encore «des niveaux inacceptables de violence» en Syrie, et que le pays pourrait plonger dans la guerre civile si sa mission de paix ne réussit pas.

Kofi Annan a insisté sur le fait qu'il y avait encore de l'espoir, et a indiqué que la présence d'observateurs de l'ONU semblait avoir un effet apaisant sur le terrain.

«Il y a de profondes inquiétudes sur le fait que le pays pourrait plonger dans une guerre civile totale, et cela comporte des implications terrifiantes», a dit M. Annan aux journalistes à Genève, après s'être adressé au Conseil de sécurité de l'ONU par vidéoconférence lors d'une séance à huis clos. La mission d'observation «reste la seule chance de stabiliser le pays», a-t-il dit.

Selon Kofi Annan, une éventuelle guerre civile en Syrie déborderait de ses frontières.

«Cela n'affecterait pas seulement la Syrie», a-t-il expliqué. «Cela aurait un impact sur l'ensemble de la région et c'est pourquoi nous devrions tous être inquiets pour le sort des Syriens, pour la Syrie et pour une région qui, pour des raisons géostratégiques, devrait tous nous préoccuper.»

Une soixantaine d'observateurs sont présentement déployés en Syrie. M. Annan a indiqué mardi que le déploiement prévu de 300 observateurs devrait être complété d'ici la fin du mois. Il a assuré que malgré leur nombre limité, la présence des observateurs se faisait tout de même sentir sur le terrain.

«Nous sommes en nombre restreint, mais même là où nous avons pu placer deux ou trois observateurs, ils ont eu un effet apaisant», a-t-il dit. «Et je pense que quand ils seront entièrement déployés et qu'ils travailleront en équipe pour établir des relations avec les gens, nous verrons un impact beaucoup plus grand sur le travail qu'ils doivent accomplir.»

Mardi, un avion de transport de marchandises est arrivé à Damas avec à son bord 15 véhicules utilitaires sport, des ordinateurs et du matériel de télécommunication destinés aux observateurs, a indiqué un responsable de l'ONU sous le couvert de l'anonymat. L'avion transportait aussi des dizaines de casques et de gilets de protection contre les éclats d'obus, signe des dangers du conflit.

Kofi Annan a déclaré au Conseil de sécurité qu'il continuait à y avoir «des niveaux inacceptables de violence» en Syrie. Il a appelé toutes les parties, et pas seulement le gouvernement, à mettre fin aux violences. Les protagonistes doivent «penser à la Syrie, penser à la région» et baisser les armes, a-t-il dit.

Il a indiqué qu'il y avait «une diminution des activités militaires, mais toujours de graves violations du cessez-le-feu qui a été accepté» par le régime syrien. L'émissaire a souligné que les troupes gouvernementales étaient toujours présentes dans et autour des villes, et a fait état de graves violations des droits de la personne, qui pourraient encore augmenter.

Plus tôt dans la journée, le président du Comité international de la Croix-Rouge, Jacob Kellenberger, avait affirmé que le conflit en Syrie se transformait en guérilla, les rebelles menant de plus en plus d'embuscades et d'attentats à la bombe. Il a aussi affirmé que 1,5 million de Syriens avaient du mal à satisfaire leurs besoins de base en terme de nourriture, d'eau potable et de logement.

Sur le web

Kofi Annan : "Le plan de paix est le seul moyen d'éviter la guerre ...

Syrie: pour Annan, son plan de sortie de crise est la dernière ...

Syrie: les législatives dénoncées à l'étranger, le rapport d'Annan ...

Syrie: les législatives dénoncées à l'étranger, le rapport d'Annan ...

Syrie : l'échec du plan Annan

Syrie: Kofi Annan pour un déploiement rapide des 300 observateurs

Syrie : trois civils tués par les troupes