NOUVELLES

Manifestations étudiantes: la réaction policière est vivement dénoncée (PHOTOS)

07/05/2012 06:56 EDT | Actualisé 07/07/2012 05:12 EDT
AFP

MONTRÉAL - Certaines personnes condamnent la Sûreté du Québec (SQ) à la suite de violentes confrontations lors desquelles plusieurs manifestants ont été blessés, y compris une personne qui a perdu un oeil.

Il y a des allégations selon lesquelles la police a réagi trop fortement la semaine dernière à Victoriaville aux gestes de petits groupes de protestataires lançant des pierres en déclarant la manifestation illégale, en tirant des balles de caoutchouc en direction des têtes des individus et en utilisant des irritants chimiques, en plus de procéder à des arrestations massives.

Des accusations similaires ont été lancées par quelques-uns des participants impliqués dans les manifestations montréalaises des dernières semaines, mais leur nombre a fortement augmenté après un affrontement particulièrement violent, vendredi, en marge du Congrès général du Parti libéral.

Certains médias font état de l'emprisonnement, pendant près de 10 heures vendredi, de 110 manifestants dans les autobus utilisés pour se déplacer vers Victoriaville, après que les véhicules eurent été stoppés par la police.

Le porte-parole de la SQ, le sergent Daniel Thibodeau, a dit ne pas pouvoir commenter sur le cas spécifique des arrestations à Victoriaville, ou le temps qui a été nécessaire pour traiter les dossiers des manifestants.

Il a également ajouté qu'il serait «imprudent» de commenter les allégations voulant que la police ait visé la tête des manifestants avec des balles en caoutchouc. La procédure serait tout autre, selon lui.

Le Service canadien de renseignements de sécurité a également refusé de commenter lundi un article soutenant que ses agents surveillaient des membres de certains groupes comme le Black Bloc ou des anarchistes qui participent aux manifestations étudiantes.

INOLTRE SU HUFFPOST

La manif du 4 mai à Victoriaville