La gauche est prête à gouverner la France, affirme François Hollande

PC  |  Par Publication: 3/05/2012 14:29 Mis à jour: 3/05/2012 15:41

TOULOUSE, France - «La gauche est là, prête à diriger le pays», a déclaré le candidat socialiste au second tour de l'élection présidentielle française, François Hollande, lors de son dernier grand rassemblement de campagne jeudi soir à Toulouse.

François Hollande a rendu hommage à cette «ville souffrante», évoquant l'explosion de l'usine AZF en septembre 2001, mais aussi la série de meurtres perpétrée en mars contre des militaires et dans une école juive.

L'ex-premier ministre Lionel Jospin, éliminé au premier tour de la présidentielle en 2002, a précédé François Hollande sur scène.

Saluant l'action de M. Jospin à la tête du gouvernement de la gauche plurielle de 1997 à 2002, M. Hollande a souhaité que sa possible victoire, dimanche prochain, lave l'affront du 21 avril 2002, où Jean-Marie Le Pen, du Front national, avait recueilli plus de voix que Lionel Jospin, se qualifiant ainsi pour le second tour.

«Si nous l'emportons, et nous l'emporterons le 6 mai, je veux que ça efface le souvenir cruel du 21 avril 2002», a lancé François Hollande.

«Nous avons toutes les conditions pour l'emporter et en même temps rien n'est fait, rien n'est acquis, rien n'est conquis, rien n'est décidé», a mis en garde le favori des sondages, en appelant à «une mobilisation sans retenue».

Évoquant «des électeurs indécis encore trop nombreux», il a dit espérer que le débat télévisé de la veille les ait convaincus.

«Ah, ce débat!», s'est-il exclamé au lendemain du duel qui l'a opposé à Nicolas Sarkozy. «Le candidat sortant fondait sur lui tant d'espoirs! Vous connaissez ses qualités de modestie, de retenue, de réserve. Il avait proclamé qu'il ne ferait qu'une bouchée de ce débat. J'ai peur qu'il soit resté sur sa faim», a-t-il raillé.

Satisfait de sa prestation, François Hollande a affirmé qu'il s'était demandé après ce débat «s'il ne fallait pas en proposer un deuxième», une pique dirigée contre Nicolas Sarkozy, qui avait réclamé trois débats entre les deux tours de la présidentielle.

«Quand on a été un président de l'échec, on ne peut pas être un candidat de l'espoir», a asséné le candidat socialiste.

François Hollande a exhorté ses partisans à lui «exprimer bien en face» ce qu'ils ont à lui dire en se rendant aux urnes en grand nombre dimanche. «La victoire, vous allez l'arracher des mains de la droite pour l'offrir au peuple tout entier!» a-t-il lancé, se posant une nouvelle fois en rassembleur.

Loading Slideshow...
  • La foule à Vincennes

Suivre Le HuffPost Québec

Publié par Patrick White  |