Cinéma: les films à l'affiche, semaine du 4 mai 2012 (PHOTOS)

Publication: 03/05/2012 10:48 Mis à jour: 10/05/2012 13:07

Avengers Le Film
Cinéma: les films à l'affiche, semaine du 4 mai 2012.

Place au cinéma! Avengers - le film, La dame, Darling Companion... Voici les résumés et critiques des nouveaux films dans les salles du Québec cette semaine.

Loading Slideshow...
  • AVENGERS: LE FILM (The Avengers) (4)

    <strong>États-Unis. 2012. 142 min.</strong> Drame fantastique de Joss Whedon avec Tom Hiddleston, Robert Downey Jr., Scarlett Johansson, Chris Evans, Mark Ruffalo, Jeremy Renner, Chris Hemsworth, Samuel L. Jackson, Clark Gregg. Loki parvient à voler dans les laboratoires de l'agence secrète S.H.I.E.L.D. le tesseract, un cube dégageant une énergie phénoménale. Afin d'empêcher que le prince déchu d'Asgard ne s'en serve comme portail dimensionnel pour faire entrer une armée d'extraterrestres alliée impatiente d'anéantir l'espèce humaine, Nick Fury, directeur de S.H.I.E.L.D., forme une équipe de justiciers de choc: le Capitaine America, Iron Man, Black Widow et le Hulk. Peu enclins à travailler ensemble, ces derniers ne cessent de se quereller et de se battre. C'est alors que surgit le dieu nordique Thor, parti d'Asgard à la poursuite de son demi-frère Loki. Lequel a sous son emprise Hawkeye, un agent de S.H.I.E.L.D. qui a jadis fait équipe avec Black Widow. Joss Whedon (SERENITY) pilote avec savoir-faire cette réunion au sommet de plusieurs vedettes de l'écurie Marvel. À la fois mince et plutôt bavarde, l'intrigue n'est qu'un prétexte à une suite d'affrontements musclés, qui culmine avec le spectaculaire combat final campé à New York. Les interprètes se donnent à fond dans leurs rôles.

  • LA DAME (The Lady) (5)

    France. 2011. 132 min. Drame biographique de Luc Besson avec Michelle Yeoh, David Thewlis, Htun Lin, Jonathan Woodhouse, Jonathan Raggett, Benedict Wong. 1947. Juste après la proclamation d'indépendance de la Birmanie, le général Aung San et les membres de son futur gouvernement sont assassinés par des éléments radicaux de l'armée. L'officier laisse dans le deuil son épouse et sa fillette Suu Kyi. 1988. Apprenant que sa mère est gravement malade, Suu Kyi, établie à Oxford où elle a fondé une famille avec Michael Aris, professeur spécialisé en études tibétaines, s'envole pour la Birmanie. Elle se retrouve alors au milieu d'une révolte étudiante réprimée dans le sang par la junte militaire dirigée par le général Ne Win. Mis au courant de la présence au pays de la fille du héros de l'indépendance, ce dernier, sur les conseils d'une cartomancienne, déclenche des élections. Encouragée par des intellectuels birmans, Suu Kyi se présente comme candidate et est élue première ministre. Mais l'intransigeant Ne Win refuse de reconnaître sa victoire. Et lorsque Michael, pour ameuter l'opinion internationale, soumet la candidature de son épouse au Prix Nobel de la paix, le général, furieux, assigne à résidence son adversaire politique. Juste à temps pour l'assermentation d'Aung San Suu Kyi au parlement du Myanmar sort en salles au Québec ce film de Luc Besson en hommage à cette icône de la démocratie. Hélas, le traitement verse dans l'hagiographie et le mélodrame, au fil d'un récit longuet et peu éclairant. Michelle Yeoh et David Thewlis font toutefois montre de sincérité dans leur jeu.

  • DARLING COMPANION (6)

    <strong>États-Unis. 2011. 103 min.</strong> Comédie dramatique de Lawrence Kasdan avec Diane Keaton, Kevin Kline, Dianne Wiest, Richard Jenkins, Sam Shepard, Mark Duplass. Apercevant un chien mal en point sur le bord de l'autoroute, Beth, une mère au foyer désoeuvrée mariée à Joseph, un chirurgien qui la néglige, recueille l'animal et le nomme "Freeway". Un an plus tard, ce dernier a trouvé sa place au point de participer à l'équipée familiale dans les Rocheuses à l'occasion du mariage de Grace, l'aînée du couple. Mais après la noce, alors que Beth et Joseph passent quelques jours de vacances dans leur chalet, ce dernier perd Freeway au cours d'une promenade. Beth met alors tout en oeuvre pour le retrouver. Dans sa quête, elle sera aidée par son époux, sa belle-soeur et le nouveau compagnon de celle-ci, son neveu et une mystérieuse ravissante jeune femme d'origine gitane. Le réalisateur de THE BIG CHILL déçoit avec cette chronique familiale sans imagination ni tonus, à peine plus inspirée qu'un téléfilm de fin d'après-midi. Armés de dialogues artificiels, Diane Keaton, Kevin Kline, Dianne Wiest et Richard Jenkins jettent l'éponge. Les paysages des Rocheuses, pourtant bien mis en valeur, ne sauvent rien.

  • GIRL MODEL (4)

    <strong>États-Unis. 2011. 77 min.</strong> Documentaire de David Redmon,Ashley Sabin. Ashley, recruteuse de mannequins, a pour mandat de dénicher de très jeunes filles pour le marché japonais. Lors d'un passage en Sibérie, elle découvre Nadya, 13 ans, issue d'une famille pauvre et qui, comme beaucoup d'adolescentes, rêve d'appartenir à cet univers de luxe et, soi-disant, d'argent facile. Parachutée à Tokyo et livrée à elle-même par Ashley, Nadya, rongée par le mal du pays et sans ressources financières, passe désespérément d'une audition à l'autre dans l'espoir de décrocher des contrats et de pouvoir envoyer un peu d'argent à sa famille. Parallèlement, Ashley, ex-mannequin traumatisée par une douloureuse expérience survenue au Japon en 1999, remet en question son métier. Ce documentaire de facture modeste pose un regard anti-glamour sur l'industrie de la mode. Opposant misère et luxe, rêves et échec, le film dresse un portrait peu flatteur, articulé autour des doutes de ses deux protagonistes sincères aux aux trajectoires parallèles, examinées avec attention par une caméra discrète.

  • HABEMUS PAPAM: NOUS AVONS UN PAPE (Habemus Papam) (4)

    <strong>Italie. 2011. 102 min.</strong> Comédie dramatique de Nanni Moretti avec Michel Piccoli, Nanni Moretti, Margherita Buy, Jerzy Stuhr, Renato Scarpa. Élu pape, à sa plus grande surprise, le cardinal Melville s'apprête à être présenté aux fidèles du monde entier lorsqu'une crise de doute terrible s'empare de lui, forçant le prolongement du conclave. Le médecin aussitôt désigné par les autorités du Vatican pour l'examiner ne lui ayant rien trouvé d'anormal, on fait appel à un psychanalyste romain de grande renommée, qui invite le nouveau souverain pontife à remonter à la source potentielle de sa dépression subite: son enfance. Tandis que les cardinaux trépignent d'impatience dans l'espoir que sa crise se résorbe et que Melville assume la mission divine qui lui a été confiée, ce dernier profite d'une sortie dans Rome pour semer sa garde rapprochée et se fondre dans la foule. Forcé par les lois du conclave à demeurer au Vatican afin de protéger l'identité du pape, le psychanalyste n'a d'autre choix que de tuer les heures en compagnie des cardinaux. L'Italien Nanni Moretti (LE CAÏMAN) explore la zone de rupture qui sépare la gérontocratie vaticane et le monde moderne avec lequel elle a perdu contact dans cette comédie spirituelle mise en scène avec métier. L'intensité se relâche vers le milieu, quoique Michel Piccoli, magistral en pape atteint d'une grave crise de foi, maintient le cap.

  • THE FLOOD (Mabul) (4)

    <strong>Israël. 2010. 102 min.</strong> Drame de Guy Nattiv avec Yoav Rotman, Michael Moshonov, Ronit Elkabetz, Tzahi Grad, Yakov Cohen, Lana Ettinger. Dans quelques semaines, Yoni Roshko célèbre sa Bar Mitzvah, qui marquera son entrée dans l'âge adulte. Mais ces réjouissances à venir n'empêchent pas une sourde angoisse de poindre. Se trouvant trop chétif, le garçon de treize ans multiplie les exercices de conditionnement physique pour tenir tête aux élèves de son école qui le harcèlent. En outre, Yoni s'efforce de faire muer sa voix à temps pour le jour de la Bar Mitzvah. Pour compliquer les choses, ses parents sont sur le point de se séparer et son frère aîné autiste, jusque-là placé en institution, doit revenir vivre à la maison. À travers cette tempête familiale et personnelle, l'adolescent sera appelé à vivre diverses expériences qui façonneront l'homme qu'il s'apprête à devenir. L'Israélien Guy Nattiv aborde avec sensibilité et délicatesse les sujets délicats de l'adolescence et de l'autisme dans cette chronique initiatique mise en scène avec élégance. Malgré des longueurs, le récit touche au coeur, notamment grâce aux interprétations d'un naturel remarquable de Yoav Rotman et Ronit Elkabetz.

Suivre Le HuffPost Québec

Publié par Isabelle Marceau  |