Criminalité: une publicité du gouvernement destinée aux aînés est jugée trop terrifiante

PC  |  Par Publication: 2/05/2012 14:59 Mis à jour: 2/05/2012 20:10

OTTAWA - Un message d'intérêt public du gouvernement fédéral visant à lutter contre la criminalité dont sont victimes les personnes âgées s'est révélé un peu trop terrifiant pour les aînés, démontrent des documents obtenus par La Presse Canadienne.

Des groupes de consultation ont jugé «troublant/terrifiant» le message de 30 secondes qui montrait une dame âgée participant à une parade d'identification de fraudeurs présumés au poste de police. La firme de recherche Ipsos Reid a suggéré au ministère fédéral des Ressources humaines d'utiliser un autre message moins intimidant.

Dans son rapport déposé en février, la firme prévient que les aînés pourraient hésiter à porter plainte pour abus, par crainte de perdre l'aide de ceux qui prennent soin d'eux, tandis que l'implication de la police dans le processus pourrait décourager les membres de certaines communautés ethniques.

«En empruntant ces symboles de la loi et l'ordre, la publicité fait prendre aux participants la mauvaise voie», écrivait la firme.

Ipsos Reid a organisé des groupes de consultation dans 11 villes, dont Montréal, Halifax et Vancouver, en novembre dernier.

La Presse Canadienne a obtenu les documents en vertu d'une demande d'accès à l'information.

Des personnes âgées, du personnel de soins et des professionnels de la première ligne ont pris part à l'opération.

Ce ne sont pas tous les participants qui ont trouvé les publicités si terrifiantes.

«C'est très direct», a exprimé un participant à Ipsos Reid. «Nous savons qu'un crime a été commis et on est appelés à identifier le responsable et à établir les circonstances.»

Le gouvernement conservateur avait promis, lors de la dernière campagne électorale, de durcir le châtiment de ceux qui s'en prennent aux personnes âgées. Cet engagement a été répété lors du dernier discours du Trône.

Le message qui sera finalement diffusé montre deux dames, une âgée et une plus jeune, assises autour d'une table de cuisine. La dame âgée se lève et quitte quand la plus jeune la menace de l'abandonner si elle refuse de signer le chèque devant elle.

Ce message s'inscrit dans la foulée de celui de l'an dernier, qui montrait des victimes âgées sur le trottoir pendant que des témoins observent la scène par la fenêtre.

Les groupes d'aînés se plaignent souvent que les sentences dans les cas d'abus contre les personnes âgées sont trop laxistes. Ils soutiennent que ces gestes touchent environ un aîné sur dix et qu'ils restent souvent dans l'ombre. Même lorsqu'ils sont signalés, les condamnations sont rares, ajoute-t-on.

Suivre Le HuffPost Québec

Publié par Geoffrey Dirat  |